DzActiviste.info Publié le dim 26 Mai 2013

Les grands journalistes algériens.

Partager

Par Said Radjef

presse_drsRegardez-moi, je suis un grand journaliste. Je parle par postulats. Je n’ai peur de personne. Je tire sur tout le monde sauf l’armée. A plusieurs reprises, j’ai trainé dans la boue les hommes politiques algériens. Je n’ai peur de personne, même pas d’Ait Ahmed et de Hamrouche. Mes chefs m’aiment bien, surtout quand je brouille les pistes en faisant croire au pauvre peuple algérien que les commis de l’Etat, c’est-à-dire les membres du gouvernement et les anciens ministres sont le noyau central du pouvoir.

Je suis comme Bouteflika, je suis la façade intellectuelle du DRS, alors que lui il est la façade civile de la dictature. Vous ne savez pas comment j’ai humilié Chakib Khellil, Ammar Tou et tous les autres membres du gouvernement.

A la vérité, quand on est un con et un courtisan depuis plusieurs générations, on ne peut pas avoir de la dignité dans notre attitude. On ne peut que perfectionner les modes de la servilité. Il est plus facile de descendre en flammes Ait et de tourner en dérision Hamrouche, Benflis , Taleb El Ibrahimi , Said Saadi que d’aller fouiner comment des généraux incultes ont privatisé l’Etat et brader l’honneur de la république contre une caresse de l’Occident. Il est plus facile de s’en prendre au PAPC de Bir Ghbalou , aux familles des disparus, à la fille de Sellal et à Said Bouteflika que d’avoir a faire à un général qui à la place du cerveau du fumier et entre les mains un Kalachnikov.


Nombre de lectures: 1497 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>