DzActiviste.info Publié le mer 16 Mai 2012

[Vidéo] Les greffiers en grève de la faim risquent la mort

Partager

L’état de santé des greffiers en grève de la faim à la maison des syndicats à Alger se dégrade. Ils sont quatre femmes et un homme en grève depuis onze jours, affaiblis et fatigués mais déterminés à aller jusqu’au bout de leur action.

C’est demain jeudi 17 mai que se tiendront des rassemblements de soutien avec eux à l’appel du SNAPAP. En attendant que la tutelle, le Ministère de la Justice réagissent, les grévistes courent un réel danger. Parmi eux ,il y a un père de 5 enfants.

A.L greffière de Tizi Ouzou fait partie des 5 greffiers grévistes, elle a été hospitalisée deux fois. B.Z d’Alger a été quant à elle hospitalisée une fois depuis le début de la grève de la faim illimitée.

Le président de la fédération nationale des travailleurs de la justice affiliés au SNAPAP tient à nous dire que « pour le cas de A.L, l’ambulance qui devait venir la transporter en urgence à l’hôpital a mis une heure et demie ».


L'état de santé des greffiers en grève de la… par elwatanvideo

Les greffiers grévistes ne font que boire de l’eau parfois mélangée avec du sucre pour « ne pas subir des complications au niveau du cerveau » expliquent-ils.

Nous avons tenté de nous rapprocher des femmes grévistes, mais il n’était pas facile de les faire parler car leur état de santé ne le permet pas. En fait, elles ne peuvent même pas s’exprimer convenablement.

La gorge nouée et les lèvres asséchées, allongée B.Z refuse de nous parler en faisant un geste de la main, mais elle finit par faire un effort et nous dire sa détermination « à ne pas cesser la grève jusqu’à ce que la tutelle se prononce pour ouvrir le dialogue et répondre à nos revendications ».

Toutes allongées dans une pièce à la Maison des syndicats où désormais elles passent leurs nuits, les greffières semblent avoir mal résisté aux conséquences de la faim : elles souffrent et risquent d’avoir des complications graves.

Pour sa part, Mourad Gheddia, seul homme gréviste du groupe, il semble mieux résister malgré la fatigue apparente sur son visage.

Le secteur de la justice « bouillonne » nous affirme Mourad Gheddia, le président de la fédération nationale des travailleurs de la justice. Pour lui la grève initiée par les greffiers et les corps communs de la justice le 10 avril dernier n’a pas cessé.

Si les travailleurs ont repris de force le travail, ils continuent de paralyser le secteur en boycottant des tâches importantes.

Les deux actions de soutien aux greffiers en grève de faims illimitées prévues les 17 et 19 mai est considérée par notre interlocuteur comme la première action qui rassemble tous les syndicats des différents secteurs réunis sous la confédération nationale autonome des travailleurs Algériens (CNATA) récemment installée.

En attendant il faut rappeler que deux greffiers à Cherchell sont aussi en grève de la faim en réponse à l’appel de leur syndicat.

Hamida Mechaï


Nombre de lectures: 827 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>