DzActiviste.info Publié le mar 15 Mai 2012

Les législatives truandées par la fraude : Le rapport qui ACCUSE le ministère de l’Intérieur

Partager

Lire l’article original : Les législatives truandées par la fraude : Le rapport qui ACCUSE le ministère de l’Intérieur | DNA – Dernières nouvelles d’Algérie (http://www.dna-algerie.com/enquete/les-legislatives-truandees-par-la-fraude-le-rapport-qui-accuse-le-ministere-de-l-interieur)

Un grand classique de la fraude électorale. Au moment même où les commissions de surveillance des élections dépouillaient encore les résultats du vote avant de les consigner dans les PV, le ministre de l’Intérieur tenait conférence de presse à Alger pour annoncer les résultats officiels. Les chiffres ont-ils été cuisinés au ministère de l’Intérieur ?


Dans un communiqué n° 6 daté du vendredi 11 mai et signé par son président, Mohamed Seddiki, la Commission nationale de surveillance des élections fait part d’irrégularités, de dépassements et de fraudes sur les résultats.

Alors que les membres de la commission étaient réunis vers 15 heures ce vendredi pour une première évaluation du scrutin tenu la veille, presque au même moment (15h30) le ministre de l’Intérieur, Dahou Ould Kablia, tenait une conférence de presse à Alger pour annoncer les résultats du vote.

« Nous sommes surpris que le ministre de l’Intérieur annonce les premiers résultats des élections vendredi 11 mai à 15 heures au moment même où de nombreuses commissions de wilaya à Alger, Oran, Mostaganem, Bejaia etc… procédaient encore au dépouillement et au comptage de ces résultats pour les consigner dans un procès verbal », écrit le président de cette instance.

Laboratoires

A l’heure donc où le ministre annonçait la victoire écrasante du FLN (Front de libération) qui a obtenu 220 sièges sur 462, les comptes n’ont pas été finalisés à travers les quatre coins du pays.

D’où sortent alors les chiffres fournis par le représentant du gouvernement, sinon des laboratoires du ministère de l’Intérieur.

Pourquoi installer à grands frais une commission de surveillance des élections si celle-ci ne contrôle rien au final et si le ministre de l’Intérieur lui grille la politesse en annonçant les résultats avant que ceux-ci ne soient décomptés, validés et consignés dans un procès verbal ?

Fraudes

Pour la commission présidée par M. Seddiki, l’annonce du ministre de l’Intérieur « suscite des interrogations sur la transparence et l’honnêteté de ces élections ».

Ce qui est un doux euphémisme pour dire que ces législatives ont été truandées par la fraude.

Sans citer les nombreuses irrégularités et autres violations de loi constatées à travers l’ensemble du territoire national durant les opérations de vote jeudi 10 mai. Des exemples ?

Des présidents de commissions communales et des représentants de partis en lice on été empêchés d’accéder dans les bureaux de vote. Refus de délivrer les PV de dépouillement aux délégués légalement mandatés dans la plupart des communes d’Algérie. Exclusion de ces délégués dans d’autres communes. Hausse vertigineuse des votes par procuration dans de nombreuses régions du pays.

D’autres exemples? Agressions physiques et verbales à l’encontre des délégués de la commission et de candidats , comme ce fut le cas avec les têtes de liste à Mostaganem et Tizi Ouzou qui se trouvent encore à l’hôpital.

Ces accusations de fraude de la part de la Commission nationale viennent à point pour valider les dénonciations émises dès jeudi soir, puis vendredi, par l’Alliance Verte, la coalition islamiste, qui a reçu une avoinée avec 48 sièges obtenus.

« Nous sommes choqués par ces résultats. Nous nous attendions à arriver au moins en deuxième position, nous étions surpris de nous voir en troisième, très loin dernière le premier », déclare Bouguerra Soltani, l’un des chefs de file de l’Alliance.

Accusations

Abderrazak Mokri et Taifour Farouk, respectivement porte-parole et membre de cette coalition, ne disent pas moins en affirmant que leurs observateurs avaient constaté des résultats très différents de ceux du ministère de l’Intérieur.

« Il y a un processus de fraude au niveau de la centralisation pour changer les résultats et cela met le pays en danger », pestait M. Mokri.

Exactement ce que constate et dénonce le président de la commission nationale de surveillance des élections dans ce communiqué n°6.

Empapaoutement

Les résultats auraient donc été corrigés, manipulés et trituré au niveau du ministère de l’Intérieur pour donner au FLN la victoire, mettre le RND en seconde position et minorer le poids des islamistes.

Un grand classique de fraude électorale dont s’est rendu spécialiste le ministère de l’Intérieur depuis les législatives d’octobre 1997.

De l’empapaoutement électoral version Dahou Ould Kablia.

>> Lire également

Les Algériens du Sud votent, ceux du Nord bronzent : L’impayable Dahou Ould Kablia 

 

Lire l’article original : Les législatives truandées par la fraude : Le rapport qui ACCUSE le ministère de l’Intérieur | DNA – Dernières nouvelles d’Algérie

 


Nombre de lectures: 210 Views
Embed This