DzActiviste.info Publié le mer 3 Oct 2012

LES MASQUES SONT TOMBES

Partager

Mourad Belabed

In Facebook 03 octobre 2012

Aujourd’hui et plus que jamais, la majorité du peuple algérien a pris acte des comportements négatifs de la caste de privilégiés qui s’agite et gesticule aux fins de garder le contrôle de l’économie du pays, donc du pouvoir à tous les niveaux.
Les forces conservatrices font feu de tout bois et manœuvrent à ciel ouvert, après l’avoir fait dans l’ombre et sournoisement pendant des décennies.

La volonté des forces positives de mettre les pendules à leur véritable heure a eu pour effet une levée de boucliers sans précédent dans l’histoire de notre pays par les émules de l’Algérie de Papa.
Aujourd’hui que tout un chacun sait qui est qui, et qui fait quoi, la politique de « la terres brûlée » si chère à l’OAS est appliquée, mais d’une manière sournoise pour amplifier le mécontentement d’un peuple qu’ils ont voulu réduire en « esclave de 3ème millénaire ».
Les nostalgiques du « paradis perdu » et autres Caïds et Bachaghas nouvelle version, constituent un front contre les algériens qui aspirent à une vie meilleure, et surtout à retrouver leur dignité mise sous embargo par les princes du moment.
Un sursaut national des hommes de bonne volonté qu’ils considèrent comme un crime de lèse-majesté les fait paniquer.
Leurs vrais visages sont apparus, hideux et lâches. Une véritable révolution pour séparer le bon gain de l’ivraie a commencé et pour preuve, les têtes commencent à tomber parce qu’il s’agit de la survie de tout un peuple qui a pris conscience du danger qu’ils représentent.
La valse de ceux qui refusent que le soleil se lève pour tout le monde et qui parcourent les régions du pays pour cracher leur venin, n’est que peine perdue, ceux là ont choisi leurs camps.
Les plus dangereux sont les énergumènes sans principe, ni foi ni loi, qui se recyclent à chaque occasion pour se faire une virginité politique et protéger leurs intérêts et ceux de leurs groupes.
La seule présence de ces tristes individus autour des niveaux de décision provoque un phénomène de rejet par cette « majorité silencieuse » qui se raidit et ne sent pas concernée en voyant ces vipères faire leurs mues.
Une rupture donc réelle avec ces groupes mafieux aux grands capacités de nuisance est d’actualité, si l’on veut réellement semer l’espoir dans le cœur d’un peuple tout entier, un peuple qui leur est diamétralement opposé.


Nombre de lectures: 310 Views
Embed This