DzActiviste.info Publié le lun 30 Juil 2012

Les organisations de défense des droits de l’Homme suivent l’évolution de la situation

Partager

La lutte contre le harcèlement des « déjeuneurs » du Ramadhan par les autorités ne peut être conçue sans l’engagement des concernés, affirment des militants des droits de l’Homme. « On ne peut pas soutenir quelqu’un qui ne le souhaite pas », tranche Arezki Aït Larbi, fondateur du collectif SOS[…]


Nombre de lectures: 294 Views
Embed This