DzActiviste.info Publié le dim 5 Août 2012

Les Réfugiés syriens : Communiqué LADDH

Partager

Communiqué La LADDH : Les Réfugiés syriens
Alger le 3 aout 2012.

La guerre et la répression féroce en Syrie a pousse des milliers de Syriens (Hommes, Femmes et Enfants) à fuir leurs pays et a se réfugier dans d’autres pays notamment en ALGÉRIE. La Presse nationale et les enquêtes ainsi que les témoignages recueillis par notre association révèlent les conditions de vie d’accueil inhumaines des réfugies Syriens.

Selon l’article 1 de la convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés « Est considérée comme réfugié toute personne qui a été contraintes de quitter son pays en raison ou a cause des craintes de persécution a son encontre en raison ses opinions politiques, de sa religion ,de son ethnie, de sa nationalité ou de son appartenance a un certain groupe social »

Notre pays a ratifié par décret 1963-274 les conditions d’application de la convention de Genève sur les statuts des réfugiés ainsi que le protocole de1967. L’Algérie a également ratifié en 1974 la convention de l’OUA de 1969 régissant les aspects propres aux réfugiés en Afrique.

La LADDH rappelle que a donc ratifié lesdites conventions internationales relatives au statut des réfugiés et que le haut commissariat aux réfugiés est représenté en Algérie.

Cependant, notre pays ne dispose pas d’un cadre national adéquat ou formel garantissant la protection des réfugiés ni la reconnaissance de leur statut. C’est actuellement le HCR qui EST responsable de l’examen des demandes d’asile. Pourtant la loi 08-11 du 25 juin 2008 relative aux conditions d’entrée, de séjour et de circulation des étrangers en Algérie spécifie que lesdites conditions s’appliquent « sous réserve des accords internationaux ratifiés par l’Algérie, aux réfugiés et aux apatrides ».

Cependant, dans les faits les réfugiés reconnus par le HCR ne bénéficient d’aucune protection réelle de la part des autorités algériennes. Ils n’ont pas accès aux documents administratifs ni au marché de l’emploi et ne bénéficient donc d’aucun statut particulier et peuvent être aisément victimes de détention ou d’expulsion.

En l’absence d’un cadre juridique effectif en matière d’asile, les réfugiés et les demandeurs d’asile sont formellement considérés comme des migrants irréguliers en Algérie.

La LADDH recommande d’amender la loi relative aux conditions d’entrée, de séjour et de circulation des étrangers en Algérie ainsi que de la mise en place d’un cadre juridique spécifique afin qu’ils soient conformes aux principes du droit internationale en matière de protection des droits de l’homme ainsi que du droit humanitaire de nature à garantir les droits des réfugiés en particulier en veillant à:

– Mentionner explicitement le principe de non refoulement.
– Faire référence à l’article 3 de la convention de l’ONU contre la torture.
– Éliminer toute sanction pénale à l’encontre des migrants ainsi que le bannissement du territoire pour raison d’entrée ou de séjour irrégulier.
-Coopérer pleinement avec le HCR en Algérie, en vue de l’adoption, à terme, d’un cadre national en matière d’asile garantissant aux réfugiés et aux demandeurs d’Asile l’ensemble de leurs droits découlant de la convention de Genève.

Dans l’attente de la mise en place d’un tel cadre, les pouvoirs publics doivent garantir les droits des réfugiés tels que consacrés par la convention de Genève, notamment délivrer des documents administratifs notamment de résidence aux réfugiés demandeurs d’Asile et de leur donner accès au marché de l’emploi, à un abri décent, de leur garantir le droit a la justice, le droit à l’éducation primaire, secondaire et supérieure, le droit a la santé, la liberté de pratiquer leur religion, le droit d’association.

La LADDH se félicite de l’élan de solidarité du peuple algérien vis à vis des réfugiés Syriens et appelle l’opinion publique à se mobiliser pour une prise en charge institutionnelle des réfugiés Syriens.

La LADDH condamne les violations des droits de l’Homme en Syrie et se déclare solidaire du peuple Syrien qui aspire à en terminer avec la dictature et reconquérir ses libertés et construire une société démocratique et prospère.

Alger le 3 aout 2012.

Pour LE Comité Directeur
Maitre Nourredine Benissad

5, rue Pierre VIALA / niveau 101 Didouche Mourad Alger
Tél. Fax : OO213 2123 80 86 E-mail : contact@la-laddh.org
Site : www.la-laddh.org


Nombre de lectures: 2085 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. Nasser dit :

    A PROPOS DES REFUGIES SYRIENS EN ALGERIE
    Attention !

    Il y a de la manipulation avec ce dossier des « réfugiés » syriens. Vous savez que pour venir de Damas à Alger, par avion, avec toute sa famille il faut au moins 40 millions! Laisser tous les pays environnants pour faire le plus long trajet pour faire la manche! Plusieurs ‘journalistes’ algériens anti Assad ont d’ailleurs sauté sur l’occasion pour reprocher à Bouteflika de soutenir Bachar en disant ‘prenez en charge maintenant ces réfugiés ». Nos amis syriens qui vivent chez nous depuis plus de 15 ans nous ont révélé que la majorité de ces réfugiés sont appelés « Echaouayas ». Ce sont des groupes qui se déplacent de villes en villes en Syrie et de pays en pays autour de la Syrie. Ils n’ont pas point fixe. Une sorte de « Roms ». Ils nous ont révélés aussi que dès qu’ils trouvent une « occasion » (ici l’instabilité en Syrie) il la saisisse pour bénéficier des aides. L’équivalent chez nous correspond à cette catégorie qui érige des bidonvilles et qui font pression sur l’Etat pour leur donner des logements. Mais dès qu’ils les obtiennent ils les louent ou vendent le « pas de porte » pour rejoindre un autre bidonville dans une autre wilaya pour revendiquer un autre logement. Ils envoient aussi leur femme et leurs enfants mendier puis les récupérer le soir avec leur voiture. Nous ne sommes pas contre ces réfugiés mais il y a beaucoup de questionnements. La « guerre psychologique » bas son plein avec ses manipulations, ses mensonges et sa subversion. Il ne faut donc pas se laisser avoir par les sentiments. Rien n’est fortuit !
    —–

    AU SUJET DE CETTE INFORMATION
    « Une jeune réfugiée syrienne violée par un groupe de malfaiteurs à Oran
    Une jeune femme de 26 ans, originaire de Syrie, faisant partie des réfugiés syriens en Algérie, et se trouvant actuellement, en compagnie de ses parents à Oran, s’est faite, dans la nuit de jeudi à vendredi, violer par un groupe de malfrats, sans pitié et sans âme, au niveau de l’un des vieux et dangereux quartiers de la ville d’Oran, en l’occurrence Ras-El-Aïn, apprend-on de sources officielles relevant des urgences médicochirurgicales, du centre hospitalo-universitaire d’Oran. »
    DU NOUVEAU: La police nie qu’une jeune réfugiée syrienne ait été violée à Oran
    https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/551209_365752993494552_414386300_n.jpg

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>