DzActiviste.info Publié le ven 24 Jan 2014

Les syndicalistes autonomes attaquent Sidi Saïd

Partager

Ce mercredi 22 Janvier, Abdelmadjid Sidi Saïd, le responsable de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), a appelé le président Bouteflika à se porter candidat.

« Les travailleurs algériens appellent Abdelaziz Bouteflika à se porter candidat pour un 4e mandat afin que soient consolidés les efforts considérables qu’il a consenti pour la stabilité de l’Algérie et sa sécurité », a-t-il déclaré.

Des syndicalistes dénoncent ces propos. Yacine Zaïd, représentant du SNAPAP, estime que la déclaration de Abdelmadjid Sidi Saïd n’est pas représentative : « Chaque algérien a une couleur politique et il est libre de voter pour le candidat de son choix ». De son côté, Idir Achour, représentant du Conseil des lycées d’Algérie (CLA) affirme, qu’il n’a fait cette déclaration « que pour défendre ses propres intérêts » : «Il fait, et a toujours fait, allégeance au gouvernement et au pouvoir économique. Je suis à la tête d’un syndicat qui regroupe des personnes aux tendances politiques différentes. Je soutiens mes adhérents. Nous sommes un contre pouvoir et notre but est de faire entendre les revendications des militants quels que soient le Président ou le parti au pouvoir ».
Corruption
Meziane Meriane, syndicaliste à la tête du Snapest, rappelle que le Président est « malade » : « il a besoin de repos et de reprendre des forces. L’Algérie est une horloge qui va continuer à tourner avec ou sans le Président, il va falloir essayer d’avancer tout en gardant une cohésion sociale. Nous voulons tous la stabilité, mais le président a besoin de repos ».
Yacine Zaïd souligne que pour les syndicalistes autonomes, il est plus difficile de s’opposer à un 4eme mandat. «Contrairement à l’UGTA, les syndicats autonomes ont des difficultés car ils ont refusé de soutenir le candidat Abdelaziz Bouteflika en 1999. Nous sommes indépendants du pouvoir et nous défendons les intérêts des travailleurs. Je vous mets au défi de me citer quelqu’un qui n’a pas eu d’antécédents avec la justice pour des affaires de corruption et qui soutient le président Abdelaziz Bouteflika. Abdelmadjid Sidi Saïd a reconnu devant le juge avoir falsifié des documents dans l’affaire Khalifa et avoir volé les travailleurs. Sans sa casquette de syndicaliste, il n’aurait pas pu éviter la case prison. »
Indépendance
Les syndicats considèrent aussi qu’à travers ses propos, Abdelmadjid Sidi Saïd a outrepassé son rôle de syndicaliste. « L’article 5 de la loi 90/14 du Code du travail explique que les organisations syndicales sont autonomes dans leur fonctionnement et distinctes de toute association à caractère politique. Elles ne peuvent entretenir avec elles aucune relation, ni recevoir de subventions », rappelle Yacine Zaïd.

Hassiba Hadjoudja Elwatan2014


Nombre de lectures: 222 Views
Embed This