DzActiviste.info Publié le lun 24 Mar 2014

Lettre de bouteflika aux algériens, Piques et prières de l’absent (source LSA)

Partager

Lettre de bouteflika aux algériens, Piques et prières de l’absent (source LSA)

Faute de présence physique dans la campagne électorale ouverte officiellement hier, le candidat Bouteflika s’est rendu à un exercice épistolaire par lequel il retourne, sournois, l’amabilité à Liamine Zeroual, auteur lui aussi d’une lettre aux Algériens, tout en se présentant dans la stature d’un «messie» que tout le monde réclamait. Le candidat Bouteflika sonne la charge dès l’entame de sa missive. «Je peux me permettre d’être légitimement fier d’avoir eu la faveur divine de contribuer à l’arrêt de l’effusion de sang des Algériens (…)», écrit-il dans ce qui apparaît comme une réplique au président Zeroual, qui, dans une lettre au peuple algérien, publiée dans la presse à la fin de la semaine dernière, notait les échecs qui marquent le long règne de Bouteflika. Cela fait, le candidat Bouteflika se consacre alors à un vernissage de son bilan durant 15 années à la tête de l’Etat, soutenant, au passage, que s’il se représente aujourd’hui, c’est parce que «vous êtes nombreux à vouloir que je continue l’oeuvre de redressement national» et que, par ailleurs, «le processus de réforme est toujours en cours». En parlant de réforme, Bouteflika pense à la révision de la Constitution qu’il promet de réaliser s’il est élu. Une Constitution qu’il devait réviser avant l’élection présidentielle mais, surpris par la maladie, il dut se résigner à l’ajourner. Et, évidemment, Bouteflika ne devait pas aussi manquer, à l’occasion de cette sortie médiatique, de réagir aux commentaires que son passage devant le Conseil constitutionnel a soulevés au sein d’une large opinion publique qui ne comprenait pas qu’un homme aussi malade s’accroche au pouvoir. Ne pouvant nier la réalité de son handicap, il entreprend alors de le retourner à son avantage, en se postant dans l’attitude de quelqu’un qui ne peut se dérober à une sollicitation populaire. «Les difficultés liées à ma santé physique actuelle ne semblent pas me disqualifier à vos yeux ou plaider en faveur de ma décharge des lourdes responsabilités qui ont eu raison d’une bonne partie de mes capacités. Vous tenez à ce que je voue mes dernières forces au parachèvement de la réalisation du programme pour lequel vous m’avez, à chaque fois, donné mandat (…) il me coûterait de rester sourd à vos appels. Aussi ai-je décidé, pour ne point vous décevoir, de me porter candidat à l’élection présidentielle du 17 avril 2014 et de mettre mon énergie au service de la concrétisation de vos voeux.» Cependant vaine est cette tentative de faire accroire que sa candidature est une réponse à une demande populaire. Pour avoir été usité par deux fois de suite, en 2004 et 2009, le procédé qui consiste à décider d’abord de sa candidature et instruire ensuite les partis et les organisations satellitaires du pouvoir pour réclamer cette même candidature est éculé. Nul n’ignore que les FLN, RND, MPA, UGTA et les motions appelant Bouteflika à briguer un 4e mandat ont été commanditées par le clan présidentiel. Même les visites dans les wilayas du Premier ministre ont obéi au même agenda électoral. Outre les enveloppes distribuées, Abdelmalek Sellal n’avait couru, en se rendant dans les wilayas, que la récolte des motions d’appel et de soutien à la candidature de Bouteflika. Des appels et des motions que le candidat présentera par la suite comme autant de motifs l’ayant décidé à se représenter, malgré un état de santé défaillant.

S. A. I. UN RASSEMBLEMENT AUJOURD’HUI DEVANT L’ENTV: Barakat veut dénoncer l’instrumentalisation de la télévision publique Le mouvement Barakat organise aujourd’hui, à partir de 11h, à Alger, un rassemblement devant le siège de l’ENTV, pour protester contre ce qu’il juge, «une télévision au service du pouvoir». C’est au nom de la «liberté d’expression», que les initiateurs de ce rassemblement, ont décidé de sortir dans la rue. Dans un communiqué rendu public, le mouvement Barakat explique que le but est de «dénoncer la propagande des télévisions, et celle de l’ENTV en particulier, au service du pouvoir». Contacté, Idir Tazerout, militant et membre de la coordination nationale de Barakat, s’explique : «Pas plus tard que ce samedi, 22 mars, nous avons constaté pendant le journal télévisé de 20h, de l’ENTV, plus de vingt minutes consacrées rien qu’à la personne d’Abdelaziz Bouteflika. Cette télévision publique, et ce, depuis sa création, ne cesse de censurer, voire déformer l’information et la réalité de l’actualité nationale. Notre rassemblement est ainsi une action de protestation pour dire Barakat à la télévision d’un seul homme.» Sur la question de savoir pourquoi ce rassemblement aujourd’hui et pas avant, puisque les pratiques de l’ENTV que dénonce Barakat, ne datent pas d’aujourd’hui, notre interlocuteur précise : «Il se trouve qu’avant, le mouvement Barakat n’était pas là. Aujourd’hui, il est là et nous n’allons pas passer sous silence ce genre d’agissements. Il était temps d’ailleurs.»

Lettre de bouteflika aux algériens, Piques et prières de l’absent (source LSA)


Nombre de lectures: 220 Views
Embed This