DzActiviste.info Publié le jeu 2 Mai 2013

Lettre d’une femme dont le mari est dit "disparu"

Partager
   
Lettre d’une femme dont le mari est dit « disparu », arrêté pendant la dite
lutte anti-terroriste par les dits forces de l’ordre qui luttaient conte
les dits islamistes et surtout, les pères de famille à qui la justice ne
reprochait rien. Quand est ce que la dignité humaine aura enfin une place
dans notre dite société ?


Lamia avait 23 ans à l’époque des faits, elle vit depuis avec sa mère âgée
et son fils bien sûr, a repris des études de Français alors qu’elle
sortait d’un cursus arabophone (le français est demandé dans les
établissements scolaires), ne s’est jamais remariée et cherche aujourd’hui
un emploi dans l’éducation. Elle fait pour le moment des remplacements
dans un CEM au guemas (Constantine) et finit son master cette année. La
semaine dernière elle a failli mourir suite à une intervention en
urgence(calculs/vésicule biliaire) et ce, dans une clinique privée car
l’hôpital n’a pas voulu la prendre.
Vous rencontrerez rarement des femmes aussi dignes, aussi généreuses et
aussi souriantes. J’ai le souffle coupé à chaque fois que je lui parle.
Je ne sais pas pourquoi mais j’avais besoin de partager cette émotion avec
vous.
Zineb.
Voici la petite lettre, si vous pouviez diffuser  :
« Comme aujourd’hui le 1 er mai 1995 mon mari Belaloui Abdellatif a été arrêté
par des agents de la sécurité militaire à l’age de 29 ans et depuis ce
jour on l’a pas revu, je lui dis tu nous manques terriblement moi et ton
fils Mohamed que tu as laissé à l’age de 10 mois, il a maintenant 18 ans,
il te ressemble comme deux gouttes d’eau,on ne t’a pas oublié, tu restera
toujours dans notre cœur et je vais continuer le combat pour la vérité et
la justice jusqu’à ma mort « 
Lamia Bachkhaznadji.


Nombre de lectures: 579 Views
Embed This