DzActiviste.info Publié le ven 15 Fév 2013

Lettre ouverte à l’attention du ministre de l’intérieur français, Manuel Valls

Partager

vallsMonsieur le Ministre de l’Intérieur,

Alors que la Tunisie est endeuillée suite à l’assassinat du leader politique Chokri Belaïd, vous vous êtes permis de commenter la situation de notre pays, outrepassant à l’occasion les règles du respect de la souveraineté d’un autre pays libre et autonome.
Mis à part la forme, le contenu de votre intervention est d’une autre époque ! Une époque sombre qu’on s’efforce à oublier.

On a essayé d’expliquer votre message par des faits culturels et historiques ! Après tout, quand les français ont voulu libérer Paris, ils n’ont pas pu le faire tous seuls, ils avaient besoin d’autres puissances étrangères pour les sauver.
J’espère donc que vous compreniez, que culturellement et historiquement, ceci n’est ni acceptable ni transposable aux tunisiens, qui ont pu regagner leur dignité, leur souveraineté, chasser les pilleurs et les colons, seuls et sans l’aide de personne.

Quand Michelle Alliot Marie, a proposé d’envoyer des troupes pour aider l’une des pires dictatures de ce siècle, tout tunisien a compris le fonctionnement hypocrite de la France, et la place qu’ont ses valeurs face à son intérêt. La feuille de vigne est tombée, Monsieur le ministre. On s’attendait à des excuses, et voilà que vous repreniez le même chemin: combattre les aspirations d’un peuple à la liberté par une ingérence odieuse.

Votre ton donneur de leçons surprend, d’autant plus que vous êtes un ministre d’un pays où 6 millions d’électeurs ont choisi un parti raciste et fasciste, un pays qui a soutenu les pires dictatures de ce siècle, de Ben Ali à Gueddafi, etc..Vous pensez vraiment que vous avez des leçons de démocratie à donner, vous qui êtes issu d’un parti et d’un pays dont la tradition colonialiste s’est majestueusement exprimée durant la guerre d’Algérie, une guerre toujours vivace dans les esprits et dans les annales de l’histoire ?

Vous pensez, Monsieur le ministre de l’intérieur, que vous puissiez vraiment vous permettre de donner des leçons à un peuple qui a fait une révolution qui a bouleversée le monde, et sans avoir recours à la guillotine dans les places publiques !
Il est vrai que certains de mes compatriotes ont appelé à votre intervention et votre ingérence dans nos affaires. Chaque pays a ses collabos ! Vous devriez en savoir quelque chose. Dans les statistiques les plus gonflées, et quand les allemands ont occupé Paris et que les tunisiens combattaient les allemands, seuls 15% des français étaient des résistants, les autres ? Les personnes capables de toujours comploter contre leur patrie avec un colonisateur, ceux qui font appel à la France dans une affaire tunisienne, ne sont donc que des collaborateurs, méprisés des tunisiens, ils le sont et ils le resteront, peu importe la valeur que vos médias leur donnent.

Les démocrates tunisiens ont entendu votre appel à les aider, et vous proposent donc puisque vous tenez à être utile de:

Ouvrir le dossier du meurtre de Farhat Hachad.
Prendre des mesures contre vos policiers qui ont assassiné Hakim Ajimi, un jeune franco-tunisien.
Collaborer avec l’Interpol dans l’affaire Saïda Agrebi, ancienne cacique de la dictature, qui vit des jours paisibles en France alors qu’un mandat d’arrêt international a été émis à son encontre.
Ouvrir le dossier des viols collectifs de centaines de femmes à Zermdine lors de la colonisation.
Combattre sérieusement et sans laxisme le racisme, l’islamophobie et la violence contre les immigrés.

La liste des demandes des démocrates tunisiens risque d’être longue, mais elle ne comporte nullement une demande d’ingérence dans les affaires internes de leur patrie.

Avez-vous une réponse, Monsieur le ministre, aux démocrates tunisiens ?

Il est temps pour vous monsieur de réaliser, que les temps ont changé, que Ben Ali n’est plus là, que le monde bouge, et que la colonisation, est finie ! Vraiment finie ! Nous espérions qu’après le soutien à la dictature, le mépris affiché par votre ancien gouvernement à la révolution, un changement de position et l’instauration de nouveaux rapports basés sur le respect mutuel, ce qui nous permettrait d’apaiser les tensions passées et de combattre le sentiment anti-français qui grandit chaque jour en Tunisie, car il est nourri par l’arrogance de quelques politiciens français, et leur incapacité à comprendre qu’on n’est plus des indigènes. On espère que vous aurez la sagesse de vous excuser et de changer de cap, le grand peuple tunisien acceptera certainement vos excuses.

Je vous prie, Monsieur le ministre, d’accepter nos salutations les plus sincères.

Collectif La Dignité des Tunisiens est Sans Frontières
Membres du collectif:

Mariam Debbi
Nabil Addad
Yassine Ayari
Ilyes Essaid
Mouaffak Kaabi
Dhaffralah Chafai
CoOllOok Orion

Helmi Trabelsi,
Chargé de communication
dignitetunisiens@gmail.com

11 / 02 / 2013


Nombre de lectures: 1355 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>