DzActiviste.info Publié le sam 2 Fév 2013

Lettres de mon village : De la grippe aviaire à la faillite de Naftal.

Partager


par Said Radjef
Un malheur ne vient jamais seul. Demandez-le aux autorités algériennes, elles vous le confirmeront. Après l’arnaque Malienne et l’écroulement du sport Algérien en Afrique du Sud, c’est autour de la grippe aviaire de frapper aux portes de notre pays. Il n’y a pas longtemps, un groupe de médecins a attiré mon attention sur les foyers de grippe aviaire qui se sont déclaré en France et sur le nombre des pays de la rive nord de la méditerranée atteints par cette pandémie.
Sur le coup, j’ai écrit un papier sur le sujet en me disant que l’information et la communication constituent le meilleur moyen pour enrayer l’inquiétante propagation de ce virus qui se plait à jouer à saute-frontières. Entre Alger et Marseille, il n’y a pas plus de 700 kilomètres et le H1N1 est un virus mutant qui aime beaucoup voyager, notamment dans les pays ou les généraux ont tous les monopoles. Surtout durant les fêtes de fin d’année. C’était prêcher dans le désert. Le virus a depuis touché beaucoup de jeunes enfants et beaucoup de vieux et il semble virulent. Selon des sources médicales, le virus aurait tué de nombreuses personnes depuis quelques jours à travers les quatre coins du pays. Selon certains médecins, il est possible que la gravité de la grippe soit due à la propagation dans le pays d’un deuxième virus n’ayant aucun rapport avec le premier. Et pourquoi la presse alertée à temps n’a pas soufflé un traitre mot sur les risques de cette pandémie ? Pour protéger les barons du marché de la volaille et des viandes blanches. En un mot, la presse, le gouvernement et les autorités sanitaires ont refusé de prendre les choses au sérieux et de se préparer à l’éventualité d’une épidémie meurtrière de grippe aviaire juste pour protéger les poulets que nous revendent les barons de la spéculation. Après tout, un algérien plus cher qu’un poulet d’un général !
Alors que la presse fait tout pour ne pas ébruiter la menace de la grippe aviaire et remorquer du coup la volaille des généraux, voici que Naftal fait l’objet d’une mise en faillite pour être rachetée au coin de la rue par un trabendiste es qualité du régime algérien. Mais quel complot ! Quelle finesse ! Quelle stratégie ! Tout le monde sait au Djudjura que Naftal est au cœur d’une conspiration machiavélique. Des Ouadhias jusqu’à Chaâbet El Ameur, il est impossible de trouver une bouteille de gaz butane alors que l’Algérie est le 5eme producteur de gaz au monde. Selon les dires des responsables de Naftal, la wilaya de Tizi ouzou toute seule reçoit quotidiennement un quota qui peut répondre aux besoins de quatre wilayas réunies. Alors, d’où viennent toutes ces pénuries de gaz butane en Kabylie ?


Nombre de lectures: 330 Views
Embed This