DzActiviste.info Publié le jeu 2 Fév 2012

L’homme est mort..ses idées resteront vivantes!

Partager
Abdelhamid Mehri, l’ancien SG du Front de libération nationale (FLN) est décédé ce lundi 30 janvier à l’hôpital militaire de Ain Naadja, Alger.
Né en avril 1926 à Constantine, Abdelhamid Mehri  a été ministre des Affaires nord-africaines après la constitution du premier gouvernement provisoire (Gpra) et a été également ministre de l’Information ainsi qu’ambassadeur dans plusieurs pays.
Il s’engagea dans les rangs du Parti du Peuple Algérien puis du Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques dans lequel il fut membre du comité central.
Arrêté en novembre 1954, il demeura en prison jusqu’en avril 1955. Quelques mois plus tard, il fut désigné au sein de la délégation extérieure du Front de Libération Nationale et occupa le poste de membre du Conseil National de la Révolution Algérienne, puis celui de membre du Comité de Coordination et d’Exécution.
A la constitution du Gouvernement Provisoire, il occupa le poste de ministre des Affaires nord-africaines dans la première formation et celui de ministre des affaires sociales et culturelles dans la deuxième.
Il était connu pour le projet qui porte son nom, «le projet Mehri» qui constitue une réponse au projet de De Gaulle.
Il a été secrétaire général du Front de Libération National (FLN) de 1988 à 1996. Il a été un des signataires du fameux contrat de Rome avec le FFS et le FIS, notamment.
Avant de prendre la direction du FLN, Abdelhamid Mehri a été ambassadeur d’Algérie en France entre 1984 et 1988.
Conscient de la situation d’échec dans laquelle est arrivée la pays, il disait souvent : « la révolution s’est fixée deux objectif: la libération nationale, et la construction d’un État démocratique. Nous n’avons pas réussi à atteindre le second objectif ».  Abdelhamid Mehri était également un ardent défenseur du grand Maghreb.

FFS et le FCN

Premiers partis politique à réagir, le FFS et le FCN, rendent hommage à la probité de Abdelhamid Mehri. Dans un communiqué, le FFS au nom de M. Hocine AIT AHMED et de l’ensemble des militants s’incline avec respect devant l’intégrité morale, la probité intellectuelle et l’envergure politique du grand militant du mouvement national, de la lutte pour l’indépendance de l’Algérie et du combat pour la démocratisation de notre pays. Le FCN salut le long combat de l’homme, de la guerre de libération, aux lendemains de l’indépendance et considère que le pays vient de perdre un de ses hommes libre et un authentique nationaliste.


Nombre de lectures: 298 Views
Embed This