DzActiviste.info Publié le lun 23 Avr 2012

L’indigente soirée électorale de France2

Partager

_

Il fut un temps où, d’Alger, j’aimais à regarder les soirées électorales françaises. J’y trouvais un peu de cette expression démocratique qui nous manquait tant. Les plateaux télévisés où défilaient femmes et hommes politiques pour livrer leurs premières analyses et leurs premiers mots d’ordre pour la suite constituaient un spectacle intéressant où s’exposaient les stratégies à la fois personnelles et électorales. Bien sûr, à la longue, ce genre de rendez-vous finit par lasser mais il y a toujours des enseignements à en tirer. Ainsi, est-il saisissant de voir à quel point les représentants de la droite présidentielle, ou devrais-je déjà dire de la droite bientôt ex-présidentielle, excellent dans l’art des manœuvres dilatoires (pour faire oublier le score de Sarkozy) mais aussi dans celui de restituer à la perfection les éléments de langage décidés par je ne sais quelle cellule de communication installée à l’Elysée, au siège de campagne du candidat-président (bientôt ex-président) ou je ne sais où… « Réclamer les trois débats », « attaquer sur le nucléaire et les fermetures de centrales », « répéter qu’il n’y a pas de programme Hollande », « cogner sur le vote des étrangers », tels ont certainement été les éléments répétés à l’envi par les Copé et compagnie. Cela étant dit, c’est de bonne guerre et il est inutile de trop s’attarder sur ce point.

Par contre, il faut tout de même revenir sur le pitoyable spectacle offert dimanche 22 avril sur France2. Il y avait d’abord l’étrange état de surexcitation des deux présentateurs Elise Lucet (celle qui ricane bêtement quand Guerlain dit des obscénités à l’antenne ou quand un ex de la CIA se vante d’avoir flingué Lumumba) et David Pujadas (celui qui est tellement accommodant quand il interviewe Nicolas Sarkozy). A voir et à entendre ces deux journalistes, je me suis demandé ce qui devait passer par leur tête. Avaient-ils fumé des substances illicites pour être aussi agités ? Ou alors, était-ce parce qu’ils savaient que leur plateau dépassait en audience celui de TF1 ? Etait-ce la satisfaction de vivre un grand moment dans la vie politique française avec la percée du Front national et la seconde place du président sortant ? Allez savoir…

France2 a ensuite atteint le paroxysme du ridicule avec ces motos lancées sous la pluie à la poursuite de la voiture de Nicolas Sarkozy, avant et après son discours à la Mutualité. Du grand n’importe quoi, avec des reporters tout aussi excités que les deux présentateurs. Des images donnant à voir des vitres opaques qui ne se sont pas baissées et, comble de la bêtise, une « journaliste » qui espère en direct un feu rouge pour pouvoir poser sa question au candidat à l’abri dans son véhicule. C’est cela une télévision du service publique ? Pour finir, on passera rapidement sur la séquence « société civile » où des personnalités non politiques étaient appelées à commenter les résultats. La société civile… représentée par Franz Olivier Giesbert et, quelle surprise, Bernard Tapie ! Propos de comptoirs, du soutien à Sarkozy plus ou moins assumé et retour en plateau pour écouter les âneries de Rama Yade. De quoi inciter le téléspectateur à zapper pour retrouver les Experts ou le foot du dimanche soir…

 


Nombre de lectures: 338 Views
Embed This