DzActiviste.info Publié le mer 30 Oct 2013

Loi de finances 2014 : manque d’intérêt des députés et des ministres

Partager
Les débats sur  la  loi de finances 2014 n’intéressent ni les députés, ni les ministres. Alors que certains élus ont retiré leurs interventions, d’autres se sont tout simplement absentés des plénières.

Seulement une quarantaine de députés ont bien voulu assister à la séance de ce mercredi 30 octobre. Un manque d’intérêt observé aussi chez le gouvernement.

Le ministre des finances Karim Djoudi, le premier concerné par ce projet, a brillé par son absence durant les débats. Quant aux autres ministres, rares sont ceux qui ont fait le déplacement ces trois derniers jours à l’APN.

Cette année encore, les interventions de la plupart des députés n’avaient pas de lien direct avec les dispositions de la loi de finances 2014. Plusieurs élus ont abordé les problèmes de leur région, tels que la cherté des prix des billets d’avion pour les wilayas du sud, le manque de médecins spécialisés à Naâma, la mauvaises qualité de l’eau à Tindouf ou encore les réformes de l’Éducation et le contrôle des mosquées.

Interrogé par TSA khelil Mahi, le président de la Commission des finances et du budget défend les députés. « Ils (députés, NDLR) saisissent cette opportunité pour soumettre au gouvernement les difficultés vécues par la population dans leur régions respectifs », explique M. Mahi. « Tous ces problèmes ont été évoqués avec les ministres qui ont été auditionnés par les différentes commissions de l’APN», assure-t-il.

Après avoir défendu les députés M. Mahi a affirmé que le « gouvernement accorde un grand intérêt » à leurs observations. « Effectivement la plupart des ministres ne sont pas présents mais l’APN a réservé une salle pour près de 40 cadres relevant de plusieurs ministères qui suivent quotidiennement les débats et enregistrent les remarques des députés », note Mahi.

Interrogé sur l’absence de la loi sur le règlement budgétaire, qui selon le règlement intérieur de l’APN devait être débattue avant la loi de finances,  M.Mahi  tout en reconnaissant  ce retard, soutient que le gouvernement « a certainement des raisons qui le poussent à reporter la présentation de ce texte au mois de décembre ».

Achira Mammeri TSA


Nombre de lectures: 256 Views
Embed This