DzActiviste.info Publié le mer 9 Oct 2013

L’opium des sous-développés.

Partager

Hassiba Amrouche1Le Brésil pour faire oublier le reste

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 09.10.13

Les Verts ne seront pas seuls samedi à Ouagadougou au moment d’affronter le Burkina Faso pour le compte de la première manche du troisième et dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA Brésil 2014. Plus d’un millier de supporters algériens effectueront le déplacement pour soutenir l’équipe nationale dans ce rendez-vous important dans la perspective du voyage au pays du football et de la samba. Les pouvoirs publics ont grandement contribué au financement de ce déplacement massif de supporters à travers un geste qui n’est pas dénué de calculs politiciens. Le pouvoir est toujours à l’affût de la moindre occasion qu’il peut exploiter, surtout à la veille d’une importante échéance électorale comme celle qui se profile à l’horizon 2014.

Le succès de l’opération «Tous à Omdourman avec l’équipe nationale» avait fait beaucoup de bien au régime, qui a savouré un temps de grâce inespéré à l’époque où la grogne et le malaise social étaient le quotidien des Algériens. L’historique but de Antar Yahia contre l’Egypte, qui a expédié l’Algérie au Mondial sud-africain, a été exploité à fond politiquement. La contribution du président Bouteflika dans la réalisation de la performance sportive, à travers la mise à la disposition des supporters d’une impressionnante flotte aérienne, a été surdimensionnée, occultant presque le mérite des véritables acteurs de l’exploit (joueurs, staffs, dirigeants).

Le pouvoir table sur le rendez-vous de Ouagadougou, via des footballeurs et des supporters, pour récupérer à son unique profit les dividendes d’un éventuel exploit qu’il se fera fort de s’approprier pour en faire un (solide) argument de campagne. Les flagorneurs de service se feront un devoir de louer le geste du Président, d’exhiber son portrait avant, pendant et après le match, de chanter à sa gloire et de décréter que sans lui, les Verts auraient échoué dans leur mission.

Pendant qu’un millier d’élus et d’heureux supporters iront soutenir les Verts à Ouagadougou à la faveur d’une importante contribution financière des pouvoirs publics, le sport algérien en général et le football en particulier souffrent d’un déficit abyssal en matière d’infrastructures. Que des supporters décèdent dans des stades vétustes, qu’aucune commodité ne soit offerte dans les enceintes sportives en contrepartie de l’achat d’un billet d’entrée, sans parler de la violence dans les stades, cela ne semble pas déranger les consciences, alors que ces facteurs compromettent les perspectives du football. Les autorités auraient été mieux inspirées en orientant l’argent versé pour le déplacement de supporters à Ouagadougou au profit des familles nécessiteuses qui vivent dans le dénuement total et dont le quotidien est un calvaire. Ce sont ces Algériens qui ont le plus besoin de la «générosité» de l’Etat.

Yazid Ouahib


Nombre de lectures: 274 Views
Embed This