DzActiviste.info Publié le mar 13 Août 2013

Lorsque Alger joue avec le terrorisme.

Partager

Par Said Radjef

La Bataille de Zama par Cornelis Cort (1567)

La Bataille de Zama par Cornelis Cort (1567)

Tito en son temps avait déploré comment le régime d’Alger jouait avec la révolution et les sacrifices de tout un peuple, de toute une région, le Maghreb, pour reconquérir sa dignité et son indépendance. C’est à peine s’il n’avait pas emboîté le pas au poète Slimane Azzem qui avait tourné De Gaulle en dérision aux lendemains des Accords d’Evian : « J’ai donné de la salade au mulet ». Mais allez y, mettez aux commandes d’un avion un berger. C’est le cas de l’Algérie aujourd’hui…

C’est au moment ou le printemps arabe tunisien et égyptien traverse curieusement des zones de turbulences que le terrorisme revient en force en Algérie. Rien que pour les dernières 48 heures, on aura vécu après les attentats d’Azzefoun et des Ait Yahia Moussa un faux barrage à Maamar, dans la vallée du Djurdjura, des incursions et des balades terroristes à travers les quatre coins de la Kabylie. Les terroristes agissent comme pour convaincre les plus réticents qu’Alger n’a rien à voir dans les troubles séductions de la modernité qui secouent depuis quelques jours la Tunisie. « Nous sommes tous au Djurdjura », semblent nous dire implicitement ces desperados. Donc, Alger n’a aucune responsabilité dans les malheurs que vit le gouvernement Ghanouchi.

Officiellement, l’Etat algérien, comme le stipule l’article 2 de la constitution, est musulman, accessoirement laïc et généralement terroriste. Un régime à plusieurs identités, à plusieurs personnalités.

Même si « l’Islam est la religion de l’Etat », l’oligarchie militaire ne veut pas avoir des voisins islamistes… Mais attention, les attentats qui ont coûté la vie à deux opposants tunisiens et terni l’image de la révolution du Jasmin ne sont pas l’œuvre de l’Etat terroriste algérien. « Tous nos terroristes sont en Kabylie, le reste est au Sahel avec le borgne ». Les terroristes qui foutent le bordel sur les frontières et qui veulent mettre le feu en Tunisie, sont des libyens. La preuve, chaque jour il y a une agression terroriste au Djurdjura, périphérie politique de la Capitale. Nos terroristes sont si occupés au Djurdjura et au Sahel qu’ils n’ont le temps de chercher des noises aux voisins tunisiens…

« Nous souffrons du même fléau que nos frères tunisiens. Nous devons trouver la parade au plus vite à cette menace terroriste : chasser Ghanouchi et faire revenir Ben Ali aux commandes. » Les peuples égyptien et tunisien lorsqu’ils sont sortis dans la rue pour dénoncer les frères au pouvoir, ont entendu les voix des sirènes laico assimilationnistes.

Au fait, vous connaissez l’histoire de Hannibal et de sa défaite face à Scipion l’Africain et au général Emilien lors de la bataille de Zamma ? Il faut la lire. L’histoire est un éternel recommencement.


Nombre de lectures: 1019 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>