DzActiviste.info Publié le dim 9 Déc 2012

Lutte contre la corruption

Partager

le 09.12.12

Le Snapap appelle au respect des engagementsLutte contre   la corruption

 

Le monde célébrera, aujourd’hui, la Journée mondiale de lutte contre la corruption.


Le Snapap saisit cette occasion pour «interpeller le gouvernement à propos du refus d’agréer l’Association nationale de lutte contre la corruption». Le Snapap invite le gouvernement à respecter l’article 13 de la Convention des Nations unies contre la corruption qui dit, dans son alinéa 1 relatif à la participation de la société civile, que «chaque Etat-partie prend des mesures appropriées… pour favoriser la participation active de personnes et de groupes n’appartenant pas au secteur public, tels que la société civile, les organisations non gouvernementales et les communautés de personnes, à la prévention de la corruption et à la lutte contre ce phénomène, ainsi que pour mieux sensibiliser le public à l’existence, aux causes et à la gravité de la corruption et à la menace que celle-ci représente.

Cette participation devrait être renforcée par des mesures consistant notamment à : a) -accroître la transparence des processus de décision et promouvoir la participation du public à ces processus ; b) – assurer l’accès effectif du public à l’information». Tout en prenant acte des textes législatifs adoptés par l’Algérie dans le domaine de la lutte contre la corruption, le Snapap relève qu’à ce jour «ces textes n’ont pas trouvé leur expression sur le terrain de la lutte contre la corruption faute d’application et de mise en œuvre de l’organe de prévention et l’office de répression». De ce fait, le même syndicat estime que l’Algérie doit respecter ses engagements internationaux et «prie instamment le gouvernement à respecter l’article 13 alinéa 2 de la Cnucc relatif à la connaissance et l’accessibilité des organes au public».


Cet aliéna précise que «chaque Etat-partie prend des mesures appropriées pour veiller à ce que les organes de prévention de la corruption compétents mentionnés dans la présente convention soient connus du public et fait en sorte qu’ils soient accessibles, lorsqu’il y a lieu, pour que tous faits susceptibles d’être considérés comme constituant une infraction établie conformément à la présente convention puissent leur être signalés, y compris sous le couvert de l’anonymat».





R. P.


Nombre de lectures: 182 Views
Embed This