DzActiviste.info Publié le mer 11 Avr 2012

M. Arezki ABBOUTE « La fraude, le système des quotas, le bourrage des urnes … risquent sérieusement d’avoir raison de la patience des citoyens »

Partager

M. Arezki ABBOUTE militant algérien des droits humains

Arezki ABBOUTE : « La fraude, le système des quotas, le bourrage des urnes, l’intrusion, en force, de l’argent dans la confection des listes… risquent sérieusement d’avoir raison de la patience des citoyens qui ne voudraient plus cautionner cette énième mascarade. »

M. Arezki ABBOUTE est militant algérien des droits humains et de la cause amazigh ; il est un des acteurs du mouvement pour la démocratie et tamazight durant les années 80 et un des 24 détenus d’avril 80 et membre fondateur de la Ligue Algérienne pour la défense des Droits de l’Homme (LADDH). Actuellement membre du comité directeur de la LADDH et coordinateur de la Maison des Droits de l’Homme et du Citoyen Tizi-Ouzou ; nous l’avons rencontré pour nous livrer ses impressions sur la situation des droits humains et sur les prochaines élections législatives en Algérie.

1- La population a beaucoup souffert des intempéries qui s’étaient abattues sur presque l’ensemble du pays au cours du mois de février. A votre avis, est-ce dû à l’incompétence des pouvoirs publics qui n’ont pas su évaluer la gravité de la situation, ou est-ce dû à de la néglidence tout simplement ?

C’est vrai que de nombreuses régions du pays n’ont pas été épargnées par les intempéries et les populations de ces régions ont effectivement beaucoup souffert. Etait-ce dû à l’Incompétence de nos dirigeants qui n’ont pas su évaluer la gravité de la situation ? A la négligence ? Au manque de moyens ? Je pense qu’ il y a un peu de tout cela. Mais, pour ma part, ce n’était pas vraiment ce qui m’avait le plus choqué. Ce qui m’avait sérieusement révolté, c’était le fait de voir qu’aux cris de détresse et autres SOS lancés par des villages entiers qui manquaient presque de tout (gaz, nourriture, eau potable…), le ministère de l’intérieur et des collectivités locales n’avait rien trouvé de mieux à faire que d’envoyer des sms nous rappelant que « vôter est un acte de citoyenneté et de responsabilité ». Ainsi, à ce qu’il est permis de qualifier de cynisme, s’était ajouté le mépris des plus hautes autorités du pays ; un mépris que le silence a parfaitement su traduire et exprimer. C’est, en tout cas, le sens que moi j’avais donné et à l’envoi des sms du ministère de l’intérieur et au silence du président de la république et de son premier ministre car, si l’on peut comprendre la colère de Dame Nature et donc de s’organiser pour mieux l’affronter, ce que les populations avaient d’ailleurs fait avec dignité et courage, il ne saurait en être de même pour ceux dont le cynisme et le mépris n’avaient d’égal que l’obsession de sauver un système qu’ils savent ne tenir que par le mensonge et l’intrigue, la répression et la corruption.

2-Pensez-vous que la façon avec laquelle les autorités du pays avaient réagi devant les intempéries de février va influer sur la participation des citoyens aux élections de mai 2012 ?

Je ne suis pas quelqu’un qui lit dans les oracles pour prédire ce que sera le taux de participation aux élections législatives du 10 mai prochain mais, à voir le manque d’engouement de la part de la population pour ce rendez-vous et à entendre les différentes réflexions de nombreux citoyens, je crois pouvoir dire que cette élection connaîtra un très fort taux d’abstention. La fraude, le système des quotas, le bourrage des urnes, l’intrusion, en force, de l’argent dans la confection des listes…risquent sérieusement d’avoir raison de la patience des citoyens qui ne voudraient plus cautionner cette énième mascarade. « A force de tirer sur la corde, celle-ci finit par se casser » dit l’adage. Je pense que cette fois la corde est belle et bien cassée et ce ne seront ni les sms émanant du ministère de l’intérieur et des collectivités locales ni les appels répétés des partis politiques, en lice, pour une participation massive ne changeront quelque chose. Ma réponse à ta question donc est que la gestion catastrophique des intempéries du mois de février passé, par les pouvoirs publics, ne viendra que renforcer la tendance à une forte abstention à moins qu’on fasse vôter les morts comme cela se faisait dans le passé.

3- Serait-il possible de voir une explosion populaire après ces élections ?

Je ne sais pas si l’on assistera à une explosion populaire après ces élections législatives, mais je peux affirmer que le risque ne peut malheureusement pas être écarté définitivement au vu des nombreuses émeutes qui éclatent un peu partout dans le pays. Et s’il l’on se rappelle la célérité avec laquelle le pouvoir avait réagi à la suite de celles qui ont secoué la capitale en janvier 2011, il y a fort à parier que même lui sait que la contestation peut reprendre à tout moment et avec elle toutes les incertitudes. Jusqu’à maintenant grâce à la rente pétrolière, les autorités ont réussi tant bien que mal à contenir les nombreux mécontentements qui continuent encore de s’exprimer sur presque l’ensemble du territoire, mais pour combien de temps encore ?

Ceci sur le plan interne. Sur le plan régional, les choses sont tout aussi incertaines et, pour s’en convaincre, il suffit simplement de voir ce qui s’est passé en Lybie, en Tunisie, en Egypte ou encore ce qui se passe en Syrie et au Mali.

Oui, je crois vraiment que l’explosion populaire risque d’être inéluctable si le pouvoir continue de tergiverser et de louvoyer au lieu d’engager des réformes en profondeur et le plus rapidement possible.

4- Le président Bouteflika a invité des observateurs étrangers pour la surveillance des élections de mai 2012. D’après vous, est-ce suffisant pour empêcher la fraude ?

Ma réponse sera brêve. Quand on a organisé des élections à la Naegelen pendant presqu’un demi-siècle, je ne peux vraiment pas croire que quelques dizaines d’observateurs étrangers, fussent-ils les plus chevronnés, puissent empêcher la fraude. Et d’ailleurs, comment le croire lorsqu’on sait qu’à peine la date des élections fixée que des quotidiens nationaux ont rapporté des velléités de fraude dans certaines wilayas.

5- Beaucoup de formations politiques ont été créées au cours de l’année 2011. Croyez-vous que celles –ci seront prêtes pour participer aux élections législatives de mai 2012 ?

Effectivement, après avoir gelé, au mépris de la loi et pendant de très longues années, les agréments pour de nouvelles formations politiques, le ministère de l’intérieur et des collectivités locales avait finalement décidé de reconnaître une vingtaine d’entre elles, dont certaines avaient tenu leurs assises et leur premier congrès constitutif depuis un bon moment déjà. C’est le cas notamment de l’UDR (aujourd’hui MPA) que je connais particulièrement pour avoir été un des membres fondateurs avant de claquer la porte quand celui-ci s’était tout bonnement transformé en comité de soutien du président Bouteflika.

Est-ce que ces partis seront prêts pour participer aux élections ? La réponse est évidemment oui puisque l’un des objectifs du pouvoir est justement que ces derniers y participent. D’abord pour conjurer l’abstention, ensuite, pour espérer saucissonner l’électorat de façon à ce qu’aucune de ces formations ne puisse obtenir la majorité absolue et donc avoir la main-mise sur l’assemblée nationale.

6- L’Algérie a perdu une personnalité politique importante en la personne de Mehri ; quel est votre commentaire ?

Je ne sais pas si M.Mehri est une personnalité politique importante. Mais, par contre, je sais que lorsque des membres fondateurs de la première Ligue Algérienne des Droits de l’Homme, créée en 1985 et présidée par Me Ali Yahia, et des membres des associations des fils de chouhada des wilayas de Tizi-Ouzou, d’Alger et de Chlef ont été arrêtés le 5 juillet de la même année et traduits devant la cour de sûreté de l’Etat de Médéa qui les avait condamnés, M. Mehri, alors ambassadeur en France, ne s’était pas particulièrement distingué par des prises de positions en leur faveur, bien au contraire. De toutes les façons, ce n’est pas la première fois que des « personnalités » qui ont conçu le système, ou participé à sa conception, nous soient présentées comme des personnalités politiques importantes, une fois celles-ci décédées. Pour tout dire, je me souviens même avoir lu, dans un quotidien national, que M. Mehri avait une solution pour l’Algérie. Une affirmation qui m’avait beaucoup fait sourire et m’aurait certainement amusé s’il n’y avait pas eu ces dizaines de milliers de morts et ces ruisseaux de larmes et de sang de ce qu’il est convenu d’appeler la tragédie nationale.

Propos recueillis par Madjid SERRAH
Dzactiviste.info le 11 04 2012


Nombre de lectures: 920 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>