DzActiviste.info Publié le mar 7 Jan 2014

M. Noureddine BOUKHATEM maire d’Oran de connivence avec MEHRI Djillali ?

Partager

Hier dans la matinée, le maire d’Oran, M.Noureddine BOUKHATEM s’est déplacé au 11 boulevard de la Soumam Oran, immeuble objet de litige entre les résidents (40 familles) et Djillali MEHRI (indus propriétaire) en compagnie de l’avocat et du gérant de la société étrangère SIFAN (société d’investissements de l’Afrique du Nord), entreprise exerçant illégalement en Algérie où ils ont pris des photos de la battisse.
Le maire est reparti sans s’inquiéter du sort des habitants expulsés déjà ou menacés d’expulsion.
Ensuite, M. le maire d’Oran s’est attablé dans le luxueux restaurant de l’hôtel Royal où il fut royalement convié à déjeuner. Le maire d’Oran n’ignore surement pas que les résidents de l’immeuble sus-indiqué sont en conflit avec Djillali MEHRI propriétaire du Royal et revendiquant injustement aussi l’immeuble.
Alors pourquoi, monsieur le maire s’affiche t-il ouvertement avec un faux propriétaire usant du faux et usage de faux qui expulse des familles légalement occupants depuis indépendance leurs appartements ?
Le geste du maire d’Oran peut-être interprété comme un flagrant parti pris.
M. BOUKHATEM Noureddine en tant qu’élu, au lieu d’apporter son soutien à la population préfère aller se goinfrer le ventre chez les riches. Si le maire accepte d’aller déjeuner chez MEHRI c’est qu’il doit attendre d’autres avantages en monnaies sonnantes et trébuchantes.
Si le maire agit de la sorte, il doit ignorer dans ce cas la loi contre la corruption en vigueur en Algérie qui définit clairement ce genre de pratiques comme une incrimination de trafic d’influences et abus d’autorité, deux délits punis par la loi.
Afin de présenter leurs doléances, ce matin une délégation de locataires s’est déplacé au siège de la commune pour une audience avec le maire mais ce dernier n’a pas daigné les recevoir prétextant une vague visite d’un ministre dans la région.
Un courrier a été déposé et enregistré au secrétariat général.
par ailleurs, l’association des résidents a demandé depuis plus d’une semaine une audience auprès du wali d’Oran qui demeure sans réponse.
Dans le même temps, l’arche-milliardaire MEHRI sera reçu demain en audience express par le wali d’Oran, M. Abdelghani ZAALANE.
Il est à noter que le wali d’Oran qui est nouvellement installé a montré sa volonté à aider d’autres familles vivant des cas similaires.
Est-ce le combat de David contre Goliath ?
Assistons nous à un déni de droits des citoyens exercé par la toute puissance d’argent ?
Les autorités locales sont-elles fragiles au point de se laisser dicter leurs conduites par un richissime homme d’affaires piétinant allégrement les lois de la république ?

Tahar BENDHIBA JCA


Nombre de lectures: 250 Views
Embed This