DzActiviste.info Publié le ven 11 Jan 2013

Messieurs du DRS, le pétrole ne réfléchit pas.

Partager

Amar Cheballah

drsA leur arrestation, lors de leurs procès devant les tribunaux militaires de la colonisation, les femmes et les hommes du 1er novembre 1954, en guise de réponse aux accusations de terroristes dont on a voulu les charger, eurent à l’unanimité cette réponse : « Non ! On n’est pas des terroristes. On est des révolutionnaires. On veut une Algérie libre et démocratique ». La majorité écrasante de ces militants armés de la cause indépendantiste, condamnés à mort, n’avait pas le certificat de fin d’études. En dépit de leur niveau intellectuel très limité, ils ont fait preuve d’une intelligence et d’une lucidité politique hors du commun lorsqu’à travers le Congrès de la Soummam ils ont affirmé leur attachement indéfectible aux valeurs universelles, à la science, au savoir, à l’art et au talent.

Plus d’un demi-siècle après l’indépendance, l’Algérie est devenue un Etat terroriste par excellence, qui nuit terriblement au peuple et aux ressortissants algériens. Un chantier d’expériences, une zone pilote pour les gangsters de la haute finance internationale et de la grosse industrie militaire qui instrumentalisent le terrorisme pour spolier les peuples de leurs souverainetés et de leurs richesses. Il suffit à l’un des portes parole de ces deux instances de dire que « l’Algérie est leader dans la lutte anti terroriste » pour voir nos dirigeants et notre presse chanter comme le corbeau de La Fontaine. Mais ne dit on pas que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute.

L’Algérie qui était un modèle dans la production intellectuelle, culturelle et artistique durant la colonisation, ne l’est plus aujourd’hui. Il n’a plus d’élite. Il est classé derrière les pays du Sahel et les pays Subsahariens. L’Algérie, au cours de ces cinquante dernières années, a perdu son savoir et son savoir faire que la colonisation n’a pas pu détruire au bout de 130 ans de présence. Maintenant que la menace se précise sur le monde arabe, maintenant que l’Occident sous le péril de la récession, ne cache plus ses appétits voraces de monstre dévoreur, vous tracez une feuille de route par laquelle vous poussez les partis les uns après les autres vers la porte de sortie. De ces réformettes, vous voulez faire un coup d’éclat pour éblouir l’univers. Mais ni Ait Ahmed, ni Saadi, ni Ouyahia, ni Touati, ni Belkhadem et encore moins ces bataillons de faux moudjahidines et de délateurs auxquels vous avez fait croire qu’ils sont les gardiens du temple, n’ont géré dans les faits le destin du pays. Toutes les décisions qui ont engagé le destin de la nation ont été votre œuvre exclusive. Nous le savons et le reste du monde le sait également.

Aujourd’hui, vous êtes seuls. Même les écoles militaires ne peuvent pas produire un caporal audacieux capable de foutre un coup d’Etat à l’africaine, parce que vous les avez toutes perverti et aliéné. Désormais, vous êtes seuls, sans élites et sans le peuple ; seuls avec vos puits de pétrole qui font agiter l’Occident. Vous savez, le pétrole ne réfléchit pas. Le pétrole n’est pas une science ou un patriote orgueilleux. C’est une malédiction pour les gens affamés qui haïssent la science, le savoir, la liberté, la démocratie. C’est une malédiction pour les gens qui veulent se substituer à Dieu et à la providence.

Quant à nous, nous irons pleurer sur les tombes de Ben Boulaid, de Laghrour, d’Abane, de Ben M’hidi, de Baya Hocine, de Hassiba Ben Bouali…


Nombre de lectures: 2345 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>