DzActiviste.info Publié le dim 3 Fév 2013

M’hand ou M’hand le chantre de la liberté

Partager








Tandis que les vautours sont au pouvoir

Le faucon est exilé
Le reniement détruit l’amitié.
J’ai juré que de Tizi-Ouzou
Jusqu’à Akfadou
Nul ne me fera subir sa loi.
Nous nous briserons mais sans plier :
Plutôt être maudit
Quand les chefs sont des maquereaux.
L’exil est inscrit au front :
Je préfère quitter le pays
Que d’être humilié parmi ces pourceaux.
Si ma raison n’était pas égarée
J’aurais condamné le kif
Dont profitent les gens indignes.
Il est source d’inégalité
Il a enrichi l’esclave
Le sage est resté en arrière.
O mon dieu quelle injustice !
La toléreras-tu encore ?

Si Mohand Ou M’hand


Nombre de lectures: 313 Views
Embed This