DzActiviste.info Publié le sam 16 Mar 2013

Moi chômeur, vivant au sud

Partager

Moi chômeur, vivant au sud dans Non classé chomeur-300x225Jugurtha Abbou pour « Algérie Politique »

Moi invention du désert, poussé par les sables jusqu’au jour ou familiarisé avec le vent, j’ai marché à pied des kilomètres que je ne peux compter jusqu’à arriver à mon école, je veux dire à un endroit où l’on étudie, mais qui n’a d’école que le nom. Une salle de classes, soixante camarades et un prof pour les deux langues, le français qu’il connait à peine et l’arabe qu’il ne maitrise pas. On nous a dit que le prof allait bientôt nous enseigner aussi tamazight, mais les livres sont toujours bloqués au nord, pour cinq ou six mois encore

Le nord, qu’est ce que le nord ? On m’a dit que c’est là où il y a la plage, les blonds et les riches. Les riches, qu’est ce que les riches ? Des hommes possédant des métiers, des voitures et la parabole ? La parabole, qu’est ce que la parabole ? Une assiette, un fil et une télévision pour voir les photos des autres pays. Le pays, qu’est ce qu’un pays ? Un groupe d’hommes et de femmes qui travaillent pour son progrès, et son union éternelle.

L’Algérie est-elle un pays ? vivons-nous dans un pays ? Formons-nous un pays ? Sommes nous unis je m’interroge, et on me répond que le nord tient à son union mais que nous les gens du sud voulant diviser le pays, car manipulés par des forces externes, bien que je n’ai ni la force ni la connaissance de l’externe, car réservé de caractère tout comme les jeunes de mon âge. Le progrès ? Un mot que j’entends une fois tous les cinq ans, pardonnez-moi mon infidélité, car j’entends plutôt, promesses de progrès, le mot progrès utilisé seul n’est pas dans notre lexique, il est bien dans celui des autres.

Le travail ? Ah que je n’aime pas ce mot, on dirait que nous sommes ennemis. Je le suis, il me fuit, je le demande, ils me le refusent, je n’ai pas le niveau, je n’ai pas la carte, je n’ai pas l’expérience, je n’ai pas la chance, je n’ai pas le look, je n’ai pas quoi encore……………………………..et je me pose la question alors, une question à qui je n’ai pas encore de réponse, et que si l’un de vous possède la réponse, qu’il me la donne : sommes- nous ou alors serons-nous un jour des hommes ?


Nombre de lectures: 336 Views
Embed This