DzActiviste.info Publié le lun 30 Déc 2013

Ni Dieu, ni Maitre.

Partager

2014, Année de tous les dangers….images-80

Que pourrait-on souhaiter pour l’année 2014 ?

Que peut-on espérer après 1/2 siècle de politiques absurdes qui ont mené à l’implosion de toute la société, à la démobilisation générale de citoyens qui ne se reconnaissent ni dans la religion, ni dans la langue, ni dans la culture, ni dans les traditions, ni dans l’école, ni dans l’économie, en un mot dans rien!

Il y a eu, c’est un fait, des soubresauts vite contenus et réprimés par la force par un pouvoir inculte, incompétent et corrompu. Et ce n,est pas uniquement le «règne» qui tire à sa fin de Abdelaziz Bouteflika qui est le responsable de tout ce gâchis, mais bien tous les gouvernants qui se sont succédés. J’admets que certains responsables ont eu le courage de s’opposer mais ils ont vite été récupérés, adoubés et font depuis longtemps déjà partie de la Nomenclature compradore.

D’autres ont été lâchement assassinés,et dans le meilleur des sorts, exilés.

Printemps berbère pour les uns, arabe pour les autres, espoirs détournés comme ces milliards de milliards de dollars depuis 50 ans, mais plus grave, ce sont les consciences qui ont été volées. LA CONSCIENCE de l’Algérie.

Algérie violée et à présent voilée comme pour se cacher telle une autruche dans le coin du burnous des apprentis sorciers.

Ce qui se passe à Ghardaia et ailleurs fait entrevoir la réalité crue d’une Algérie au bord de la faillite malgré ses milliards de dollars bien à l’abri des banques suisses et américaines.

J’ai vu les images de la destruction d’un mausolée à Ghardaia. Images qui laissent sans voix, images insoutenables qui me font honte.

J’ai honte de partager une citoyenneté avec des gens qui eux ne se reconnaissent dans rien, qui ne respectent ni la Vie ni la Mort et détruisent la Mémoire  dans un délire jouissif qui s’apparente à un « mauvais trip» dû à une overdose.

Il s’agit probablement de cela. Ces jeunes qui ont durant 20 ans d’une guerre qu’ils menaient au nom d’Allah, tuant, égorgeant, violant, détruisant, incendiant… Ces jeunes aujourd’hui s’en prennent aux Témoins de Notre Histoire millénaire.

Je rejoins sur ce point A. Benbitour qui disait que les «événements» de Ghardaia n’étaient pas un conflit ethnique. Il n’est plus en effet question de religion, de race ni de rien.

Il s’agit d’un ras le bol facile à comprendre et d’une colère débridée alimentée non pas par une prise de conscience mais bien au contraire par une dénaturation de la conscience.

Après les «révolutions arabes» avortées dans l’oeuf, la crainte se profile de voir l’Algérie sombrer dans un chaos dont personne ne peut prédire l’issue.

En 2014, ce sera le tour de l’Algérie de s’engager sur la route de la révolte, pas de la Révolution  mais sans aucune préparation.

Le Pouvoir a réussi un tour de force: faire taire les « élites» qui le menaçaient. Mais il n’a pas prévu que la Rue allait contrecarrer ses plans.

Lorsque l’Algérie s’éveillera, le Monde arabe tremblera dans un tsunami qui se répandra sur la planète avec des voix qui ne connaissent ni Dieu, ni Maitre.

En 1991, le Pouvoir pensait contrôler les législatives qu’il a du annuler, faisant dire à ce représentant de commerce devenu minsitre par la suite qui disait en octobre ’88: « C’est un chahut de gamins ».

4ème ou enième mandat… Tout ça c’est du théâtre.


Nombre de lectures: 252 Views
Embed This
DzActiviste.info Publié le lun 30 Déc 2013

Ni Dieu, ni Maitre.

Partager

2014, Année de tous les dangers….images-80

Que pourrait-on souhaiter pour l’année 2014 ?

Que peut-on espérer après 1/2 siècle de politiques absurdes qui ont mené à l’implosion de toute la société, à la démobilisation générale de citoyens qui ne se reconnaissent ni dans la religion, ni dans la langue, ni dans la culture, ni dans les traditions, ni dans l’école, ni dans l’économie, en un mot dans rien!

Il y a eu, c’est un fait, des soubresauts vite contenus et réprimés par la force par un pouvoir inculte, incompétent et corrompu. Et ce n,est pas uniquement le «règne» qui tire à sa fin de Abdelaziz Bouteflika qui est le responsable de tout ce gâchis, mais bien tous les gouvernants qui se sont succédés. J’admets que certains responsables ont eu le courage de s’opposer mais ils ont vite été récupérés, adoubés et font depuis longtemps déjà partie de la Nomenclature compradore.

D’autres ont été lâchement assassinés,et dans le meilleur des sorts, exilés.

Printemps berbère pour les uns, arabe pour les autres, espoirs détournés comme ces milliards de milliards de dollars depuis 50 ans, mais plus grave, ce sont les consciences qui ont été volées. LA CONSCIENCE de l’Algérie.

Algérie violée et à présent voilée comme pour se cacher telle une autruche dans le coin du burnous des apprentis sorciers.

Ce qui se passe à Ghardaia et ailleurs fait entrevoir la réalité crue d’une Algérie au bord de la faillite malgré ses milliards de dollars bien à l’abri des banques suisses et américaines.

J’ai vu les images de la destruction d’un mausolée à Ghardaia. Images qui laissent sans voix, images insoutenables qui me font honte.

J’ai honte de partager une citoyenneté avec des gens qui eux ne se reconnaissent dans rien, qui ne respectent ni la Vie ni la Mort et détruisent la Mémoire  dans un délire jouissif qui s’apparente à un « mauvais trip» dû à une overdose.

Il s’agit probablement de cela. Ces jeunes qui ont durant 20 ans d’une guerre qu’ils menaient au nom d’Allah, tuant, égorgeant, violant, détruisant, incendiant… Ces jeunes aujourd’hui s’en prennent aux Témoins de Notre Histoire millénaire.

Je rejoins sur ce point A. Benbitour qui disait que les «événements» de Ghardaia n’étaient pas un conflit ethnique. Il n’est plus en effet question de religion, de race ni de rien.

Il s’agit d’un ras le bol facile à comprendre et d’une colère débridée alimentée non pas par une prise de conscience mais bien au contraire par une dénaturation de la conscience.

Après les «révolutions arabes» avortées dans l’oeuf, la crainte se profile de voir l’Algérie sombrer dans un chaos dont personne ne peut prédire l’issue.

En 2014, ce sera le tour de l’Algérie de s’engager sur la route de la révolte, pas de la Révolution  mais sans aucune préparation.

Le Pouvoir a réussi un tour de force: faire taire les « élites» qui le menaçaient. Mais il n’a pas prévu que la Rue allait contrecarrer ses plans.

Lorsque l’Algérie s’éveillera, le Monde arabe tremblera dans un tsunami qui se répandra sur la planète avec des voix qui ne connaissent ni Dieu, ni Maitre.

En 1991, le Pouvoir pensait contrôler les législatives qu’il a du annuler, faisant dire à ce représentant de commerce devenu minsitre par la suite qui disait en octobre ’88: « C’est un chahut de gamins ».

4ème ou enième mandat… Tout ça c’est du théâtre.


Nombre de lectures: 252 Views
Embed This