DzActiviste.info Publié le mer 21 Août 2013

Ni laïc, ni islamiste

Partager

Said Radjef

intellectuel-algérien-300x225Un pays qui n’a pas d’élite, qui n’a pas de presse, qui n’a pas d’école, qui n’a pas d’université, qui intellectuellement et culturellement produit moins que le Tchad, le Niger ou la Somalie ravagés par la famine et les catastrophes naturelles, peut-il comprendre ce que c’est la laïcité ? Ces défenseurs de la laïcité sont vraiment à plaindre… Khaled Nezzar, Tartag (Sahraoui Bachir), Med Mediene et nos écoles militaires qui produisent des officiers analphabètes et prédateurs peuvent-il être les défenseurs d’une laïcité à laquelle ils ne comprennent rien ? Comment peut-on se réclamer de la laïcité lorsqu’on passe la majorité de son temps à détruire tous les instruments nécessaires à sa construction, à guerroyer sans relâche contre la science et l’ordre citoyen, intellectuel et politique ? Cette situation qui surprend à plus d’un titre les esprits n’a rien d’étonnant. Cette minorité de laïco assimilationnistes qui passe son temps à accabler le monde musulman de toutes les tares congénitales qui font honte à l’humanité, n’est rien d’autre qu’un groupuscule d’éclaireurs à la solde de la haute finance internationale et de la grosse industrie militaire.

Si le monde va mal, ce n’est pas la faute à l’Islam et aux musulmans. L’Islam et les musulmans ne sont en aucun cas responsables si les trois quarts de l’humanité vivent avec moins d’un dollar par semaine, si plus de 2500 ogives nucléaires sont suspendues sur la tête de l’humanité, si l’espèce humaine est plus que jamais menacée dans son existence par les bouleversements climatiques et la pollution de l’atmosphère…Et ce n’est certainement pas la laïcité qui va sauver le monde de la folie et de la vanité des hommes.
Les laïco assimilationnistes ne sont pas les seuls à plaindre. Dans cette affaire, dans la tragédie qui risque de nous affecter si nous ne prenons pas garde dés à présent, les islamistes sont aussi à plaindre. Profitant de l’immense ignorance de la société, ils veulent se substituer à la volonté divine pour construire la société idéale selon les principes contenus dans la shari’a, pour triompher ainsi des mécréants comme les musulmans de Salah Eddine du moyen-âge triomphèrent des croisés. Le musulman n’est pas celui qui veut se substituer à la volonté divine pour imposer un projet de société, une vision politique de l’Etat. Le musulman est celui qui est au service de Dieu, de la vérité, de la liberté, du bien, du savoir, de la science et non celui qui veut mettre à son service la shari’a pour arriver à ses fins.

Ce n’est pas au nom de la shari’a que nos parents se sont soulevés le 1er novembre 1954 contre la colonisation. C’est au nom de la liberté et de la vérité, deux principes qui alimentaient la doctrine de nos zaouïas, que nos parents ont pris les armes contre la colonisation.


Nombre de lectures: 1697 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 4 Comments
Participer à la discussion

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>