DzActiviste.info Publié le lun 29 Avr 2013

Offre de service pour les Boutef !

Partager
 

Les vents ne soufflent pas toujours au gré des voiles, dit un vieux proverbe arabe.
A un certain moment, tout avait été préparé, jusqu’aux plus infimes détails, pour mettre Said Bouteflika sur les rails. C’était une démarche régionale, de tous les pays « frères », de toute façon, Kadhafi et Moubarak préparaient leurs rejetons respectifs, tandis que Benali pensait à lancer son gendre.

Puis patatras ! Terminus ! Tout le monde descend !
Les révolutions des peuples ont foutu tous ces plans à l’eau. Exit les régimes de Libye, de Tunisie, d’Egypte. Place pour une nouvelle vie. Encore que des forces mauvaises, parmi les plus rétrogrades de la planète, dont la Saoudie et le Qatar, pour ne pas les citer, ont mis le grappin sur les aspirations des peuples, et ont réussi à les dévier du cours qui était le leur. Mais là est un autre sujet.

En Algérie, le pouvoir a freiné des quatre fers. Plus question de lancer Ptit Saïd ! Ce fut la plus grosse frayeur depuis l’indépendance du pays, 50 ans plus tôt. Les principaux barons du régime ont expliqué aux frères Boutef que leur projet dynastique devait être remisé. Du moins jusqu’à nouvel ordre.
Les frères n’avaient pas le choix. Ils ont dû faire contre mauvaise fortune bon cœur. Ils ont compensé leurs rêves compromis par des occupations d’un autre genre, où ils étaient déjà passés maîtres, et qui consistent à garnir leurs comptes en banque, dans les Emirats, et autres paradis pour flibustiers fortunés. Ce fut une sorte de boulimie effrénée.

Mais le projet de succession ne fut pas, pour autant, jeté aux orties. Il reste d’actualité. Et il semble bien que ces touillages de cette pauvre Constitution, qui n’en finit pas de subir des viols en réunion, n’aient été instrumentés que pour préparer le terrain, et trouver une formule maligne, pour passer en douce, en catimini.

Ce ne sont pas les idées qui manquent. Personnellement, si les Boutef le veulent bien, je peux leur en suggérer une, tout à fait faisable, où on n’y verrait que du feu. A charge de revanche.

Ainsi, si j’étais les frères Boutef, je m’arrangerais pour bricoler la Constitution de façon à créer un poste de Vice-Président. Lequel poste, bien sûr, serait destiné à P’tit Saïd.
Ensuite, la même Constitution devra prévoir qu’en cas de décès du Président, c’est son Vice-Président qui le remplacerait, pour une période de 6 mois, par exemple, le temps de préparer d’autres élections.
Entre-temps, il faudrait que l’aîné des deux frères soit élu pour un 4eme mandat.
Une fois installés, l’un comme Président, et l’autre comme Vice-Président, les deux frangins n’auraient plus qu’à préparer gentiment la succession.
En cas de décès, Ptit Said serait déjà au gouvernail, pour prendre toutes les dispositions nécessaires  Pour le reste, c’est une question de détails, où de toute façon, ces gens sont très forts. Je leur fais confiance pour ça.

Donc voilà ! Je suis quand même un drôle d’opposant, pour donner ainsi des idées à ceux que je suis censé combattre. A moins que je n’ai fait que leur piquer l’idée, pour faire semblant de l’avoir trouvée tout seul. Juste pour y aller de mon coup de chita, comme tout le monde quoi ! Faut bien vivre…

DB


Nombre de lectures: 394 Views
Embed This