DzActiviste.info Publié le mar 23 Avr 2013

OMAR ABED. «L’argent de la liquidation n’a pas servi à rembourser les déposants»

Partager

OMAR ABED, DU COLLECTIF DES SPOLIÉS D’EL KHALIFA

par Yazid Ferhat, Le Quotidien d’Oran, 23 avril 2012

omar-abed-khalifa-bankOmar Abed, président de l’Association des clients spoliés d’El Khalifa Bank, explique dans cet entretien comment les petits déposants ont été ignorés qu’ils se sont constitués partie civile au même titre que la Banque d’Algérie ou El Khalifa Bank. L’argent de la liquidation n’a pas servi au remboursement des déposants, affirme-t-il.

Votre Association a été créée dans le but de prendre en charge les préoccupations des épargnants d’El Khalifa Bank. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Notre Association a été créée début 2003, elle est agréée en France mais pas en Algérie. Mais nos activités ont commencé bien avant, fin 2002 en organisant des actions de protestation. Nous représentons les déposants d’Algérie, de France, de Belgique et du Royaume-Uni pour le compte desquels nous devons récupérer l‘argent spolié par l’Etat algérien. Nous avons pu recevoir jusqu’à présent près de 4000 déclarations de créances, consignées dans les registres organiques de l’Association. Cependant, le nombre de victimes peut s’élever à 12.000. Nous avons eu en 2004 au moment de la campagne électorale pour les présidentielles, grâce à nos actions sur le terrain, l’engagement du chef de l’Etat pour rembourser les épargnants. Six mois après, en visite en France, le chef de l’Etat a rompu cet engagement dans une déclaration à la presse. En 2003, le liquidateur désigné nous a informé d’un engagement pris par chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia de rembourser les petits épargnants, avant de nous avouer qu’il a été «trahi». En 2009, Abdelmalek Sellal, alors Directeur de la campagne électorale de Bouteflika nous a également promis le règlement du problème. Que des promesses en l’air.

Le procès Khalifa est revenu sur le devant de la scène en 2013. Qu’en attendez-vous ?

Bien que nous sommes constitués partie civile dans ce procès en 2007, nous avons boycotté le procès et la justice algérienne. Nous nous croyons plus à cette justice, pour la simple raison que les vrais responsable de ce scandale n’ont pas été touché.

Vous voulez dire que le procès est biaisé. Quelle sera donc la solution ?

Le problème de Khalifa est plus lourd. Il est d’ordre politique et la solution ne peut être que politique. Déjà si l’on revient à la nomination de Mohamed Djellab comme administrateur d’El Khalifa Bank, elle s’est faite au mépris de la loi sur la monnaie et le crédit qui interdit de nommer un administrateur concurrent à une autre banque. Mohamed Djellab était en effet Directeur général adjoint de la banque CPA (Crédit populaire algérien) au moment de sa nomination. De plus, il n’a pas établi de plans de situation ni de bilans pour justifier la liquidation. Pire encore, sa nomination n’avait d’autres impératifs que celui de rembourser les déposants les plus puissants, causant ainsi un autre trou dans la caisse. La désignation de Moncef Badsi, liquidateur judiciaire à El Khalifa Bank pour prendre en charge les opérations de liquidation s’est faite, quant à elle, sur une base politique et non sur ce que prévoit la loi sur la monnaie et le crédit. Une vraie liquidation devait se faire par voie de judiciaire. Ce qui n’a pas été le cas.

Mais cette justice a permis tout de même de rembourser une partie des déposants, selon le liquidateur ?

C’est faux. Aucun sou n’a été remboursé de l’argent de la liquidation. Nous avons rencontrés plus d’une cinquantaine de fois avec le liquidateur et nous n’avons pas pu trouver les traces de cet argent récupéré. Par contre, les petits épargnants qui ont moins de 600.000 DA ont été remboursés. Mais ces sommes ne proviennent pas de la liquidation d’El Khalifa mais plutôt de SGDB (Société de garantie de dépôts bancaires), créée par la loi du temps où Mouloud Hamrouche était chef du Gouvernement. Sa mise en œuvre ne s’est faite qu’après l’éclatement de l‘affaire Khalifa. D’ailleurs, le seuil de 600.000 DA n’a pas été réévalué. Il faut noter que les fonds de la SGDB ne relèvent pas des cotisations de solidarité des banques de la place, mais de la Banque d’Algérie qui a créé cette filiale à l’effet de rembourser les petits déposants dont le premier siège social a été l’une des villas de Abdelmoumen Khalifa à Chéraga. L’argent de la liquidation n’a servi pour l’instant qu’à rétribuer le liquidateur lui-même à raison de 35.000 DA par jour depuis sa désignation. Nous avons par contre obtenu le remboursement d’une avance de 5 % grâce à notre lutte au sein de la CNCD (Coordination nationale pour le changement et la démocratie).

La lutte sur le terrain a donné donc ses fruits….

Il reste que nous allions continuer à lutter jusqu’à trouver la solution à notre problème qui est entre les mains du chef de l’Etat. C’est lui qui a ordonné la liquidation d’El Khalifa ; c’est lui donc qui va trouver cette solution. L’Algérie avec toutes ses institutions ne peut pas garantir les fonds déposés par les épargnants ? C’est grave, alors qu’elle a accordé un prêt au FMI et épongé des dettes de pays africains.

Croyez-vous à une extradition de Abdelmoumen Khalifa depuis Londres ?

La première demande officielle d’extradition de Abdelmoumen khalifa ne date que de 2011. Alors que depuis 2004 ils nous annoncent son extradition. Je pense qu’Abdelmoumen Khalifa ne sera jamais extradé vers l’Algérie. Et si la Grande Bretagne daigne à le faire, Abdelmoumen Khalifa n’atterrira pas sur le sol algérien.

Le scandale Khalifa a engendré des drames humains ?

Effectivement. Nous avons enregistré des drames plus ou moins liés à la liquidation de El Khalifa Bank dont 17 morts, 118 cas de divorce et 247 cas de dépression. D’ailleurs, ce sont les petits déposants qui ont pâti le plus. Ce sont eux les seules véritables victimes. Eux qui ont eu le tort d’avoir cru en les institutions de l’Etat. Comment ne pas avoir confiance en cette banque dont le premier responsable eut été consacré homme de l’année en 2002.


Nombre de lectures: 1860 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>