DzActiviste.info Publié le ven 25 Jan 2013

Onze "partis politiques" demandent à Bouteflika de “dégager”

Partager
          
Il est vrai que ce quatrième mandat qui est dans l’air, et que les plus dégourdis ont salué comme la seule voie de salut, avant même qu’il ne soit ouvertement évoqué, est d’un ridicule qui risque vraiment de devenir mortel, cette fois-ci. Malgré le butin de guerre dont il dispose, le régime serait bien inspiré de se rappeler, au cas où il l’aurait oublié, que le contexte est tel qu’il risque de leur péter entre les mains. Le temps des marionnettistes est à l’orage. Et ils ne devraient pas trop s’aventurer en terrain découvert. Les surprises foudroyantes n’arrivent pas qu’aux autres. Gare au finish !

Cette grosse perspective présidentielle, qui fait fureur, et qui tourne à la mêlée, entre grands fauves que la proximité de la proie sanglante a rendus fous furieux, risque de tourner au jeu de massacre. A croire qu’il y a vraiment une justice quelque part, et qu’à défaut de peuple pour faire la révolution, ils sont en train de la faire pour nous, en se ménageant de belles potences, tout seuls, comme des grands.
Et ainsi, après que des voix qui comptent, dans le sens épicier du terme, aient exprimé leur soutien indéfectible, comme dab, à un quatrième mandat pour le Messie tant désiré, pour un Président à répétition, qui ne veut ni partir, ni passer la main, ni passer l’arme à gauche, ni même ouvrir la bouche, pour nous dire ce qu’il veut, à part vouloir achever le pays, d’autres voix, très curieusement, et contrairement aux habitudes de la maison, se sont dressées, dans le sens maître-chien du terme, pour demander au clou rouillé de dégager.  
Cette très curieuse initiative aurait été salutaire, et intéressante, si nous pouvions savoir qui sont ceux qui l’ont suscitée. Si nous pouvions mettre des noms sur des ombres. Sur ces squatteurs bourrés de fric et de crics, qui occupent l’antre de l’ogre. 
Qui sont, parmi les habituels  larrons en foire, ceux qui marchandent le mouton ? 
Sont-ce ceux qui veulent qu’on sache que sans eux, il ne peut y avoir de 4eme mandat, ou ceux qui veulent juste faire monter les enchères ?
Et jusques où veulent-ils faire monter le schmilblick, puisque depuis ces dernières années, ils monnayent leurs soutiens, leurs feux-verts et leurs hochements de tête, en milliards de dollars. Ceux du premier cercle bien-sûr.
Sinon, en l’état, c’est une énième manœuvre, d’une même mafiocratie, qui qui ne fait que déployer ses pions, et dont on ne voit rien encore du jeu chafouin des pièces maîtresses, et des hommes-grenouille. Ce qui est sûr, par contre, est qu’ils ont lâché le taureau. Le beau consensus semble avoir vécu. Les frères Bou tef-tef vont devoir délier les cordons de la bourse, et lâcher quelques milliards de dollars supplémentaires, s’ils veulent repartir pour un tour. 

Et donc, notes discordantes du MSP en prélude, ne voilà-t-il pas qu’une cacophonie s’annonce.
Le MSP a mis ses vêtements de l’Aïd, une tenue de petit soldat, avec des pétards plein les poches. Il veut faire la fête à Boutef. Il est tout content d’avoir été désigné pour ça. Enfin, un peu de considération, dans ce grand boxon !  Et il est tellement content de jouer au chef de file, qu’il ne se retient plus de joie. Il a juste oublié que des habits de petit soldat ne font pas le soldat.
Si le MSP était ce qu’il prétend être, ça se saurait. Le MSP qui parle de morale, de démocratie, et de patriotisme est dans un costume trop grand pour lui. Comme toute la chienlit politicienne qui occupe le décor, de toute façon. Mais le MSP est celui qui détonne le plus, à chaque fois qu’il veut nous la jouer petit soldat de la morale, parce qu’il a usé son fond de commerce islamique. Son compte est épuisé. 
 Les lilliputiens qui lui collent aux basques dans cette montée au créneau, où qui lui été flanqués, pour la circonstance, pour donner l’impression que la liste s’allonge, sont des couleuvres carrées. Qui ne peuvent être ni avalées, ni encore moins prises au sérieux. Même par les super-gogos.
Sinon, à part remuer la tambouille, je crois que même ceux qui nous servent habituellement la soupe ne savent plus très bien à quelle sauce ils vont nous bouffer. 
Le MSP, le RND, le FLN sont là, à tourner en rond, à piétiner des quatre pattes, et attendent de filer comme des flèches vers les cibles qui leur auront été indiquées. 
Tous les autres repaires de gloutons attendent juste qu’on leur dise quoi dire, quoi faire, et quelle chansonnette pousser. 
Ils sont tous  partants pour n’importe quelle solution. Tant qu’elle est celle des maîtres du jeu. Ils veulent juste qu’on leur explique s’il faut crier vive Bouteflika, ou dégage Bouteflika. Juste ça ! 
Pour le reste, ils savent faire. Ils ont l’habitude, et une longue expérience dans le domaine. Jich, chaab, maak ya ………….(Remplir l’espace en pointillés)
Ils sont là, gueule ouverte, gloutons qui attendent le gueuleton qu’on va leur servir. Et ils diront ce qu’on leur dira de dire, en avalant la pièce de charogne sans même la mâcher. 
Derrière eux, les sanafirs n’en peuvent plus de se marcher dessus, et même de se nager dessus, parce qu’ils savent que les derniers arrivés resteront sur leur faim. Et même qu’ils risquent d’être avalés par le tout-à-l’égout, lorsque la chasse sera tirée. 
Alors ils frétillent d’impatience. Ils n’en finissent plus de scruter les moindres tics des maîtres-chiens, pour y lire le signal tant attendu. Pour se précipiter comme des dératés vers la chaude niche qui les attend. 
Jich, chaab, maak ya…
DB


Nombre de lectures: 271 Views
Embed This