DzActiviste.info Publié le mar 21 Mai 2013

Oran-Cité St-Charles. Les murs qui cachent la misère

Partager

Par Mourad.B

24781_20130302_002831A moins de 100 mètres du siège de la wilaya d’Oran, et plus précisément à la rue Bruix près du pont St Charles, se situe une cité composée de plusieurs blocs de 15 étages où 450 familles sont recensées officiellement, car le chiffre réel n’est connu de personne tant le moindre espace est exploité par tous, y compris les Africains réfugiés dans notre pays. Dès l’entrée de la porte principale, l’air est difficilement respirable tant les odeurs sont nauséabondes .

Toutes les canalisations d’évacuation des eaux usées sont défectueuses et coulent à longueur d’année le long des murs causant des dommages certains aux structures soutenant les blocs de cette cité qui risque de s’écrouler du jour au lendemain. Ces infiltrations qui traversent tous les étages, s’accumulent particulièrement dans les 4 premiers niveaux causant des dégâts considérables aux couloirs et aux caves où sont logés des citoyens pour la plupart nés dans ce ghetto. Ces étages, sont éclairés de jour comme de nuit tellement en plus de cette calamité, les habitants, craignent les morsures des rats qui infestent la cité et dont certains sont de la taille d’un chat. Les eaux usées stagnantes véhiculent toute sorte de maladies et c’est les enfants qui y sont particulièrement exposés et qui, en l’absence d’aires de jeux, jouent dans les couloirs. Pour des raisons inexpliquées, cette construction centenaire n’a jamais été réhabilitée comme ce fut le cas pour les cités Perret et Lescure il y a quelques années et ce n’est pas faute de budget, nous dit un habitant.

Il est vrai qu’il y a quelques mois, une timide tentative de ravalement de la façade a été entamée mais vite stoppée par les habitants, craignant un maquillage n’allant pas au fond des choses et comprenant que les véritables travaux allaient être escamotés tels que l’étanchéité , les canalisations, la réparation des ascenseurs et l’électricité. De forts doutes de détournements des enveloppes prévues pour ces travaux ont fait le tour de cité. L’entreprise chargée de maquiller la façade de l’immeuble accompagnée des responsables du service chargé du suivi du vieux bâti ont promis d’engager des travaux de peinture et procéder plus tard à ceux afférent aux canalisations des eaux usées, les ascenseurs ainsi que l’électricité. Cette proposition n’a pas été du gout des riverains qui ont refusé cette façon de faire , sachant que si la façade était badigeonnée, les autres travaux ne seraient jamais effectués.

Et depuis des mois, ce qui devait être un grand chantier de réhabilitation est toujours en attente, la situation s’empire au fil du temps et le citoyen se perd en conjectures ne comprenant pas qu’en plein centre d’Oran et à quelques pas du siège de la wilaya, des Algériens puissent vivre dans des conditions lamentables et pitoyables avec des rats. Pourtant le wali d’Oran n’arrete pas d’insister pour s’occuper de ces cités au nombre de 380 et pour lesquelles un budget spécial est prévu. Mais il semble que ses instructions ne sont pas prises au sérieux et ceux qui sont chargés de cette opération s’en foutent royalement si des Algériens vivent comme des animaux au moment ou notre pays connait une embellie financière qui ne durera, certainement pas. Alors, messieurs, prenez vos responsabilités et agissez avant qu’il ne soit trop tard.

Par Mourad.B


Nombre de lectures: 2617 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>