DzActiviste.info Publié le dim 5 Jan 2014

Ordre ou désordre des médecins ?

Partager
serum Saida(APS) dimanche 5 janvier 2014 11 : 55
L’ordre des médecins propose de mesures « urgentes » pour régler les problèmes du secteur

ALGER – Des mesures « urgentes » et à court terme doivent être prises en concertation avec tous les intervenants de la santé en vue régler les problèmes du secteur, a déclaré dimanche le président de l’Ordre national des médecins, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, sur les ondes de la Radio nationale.

« Il faut que les pouvoirs publics prennent des mesures urgentes et à court terme en vue d’aplanir les dysfonctionnements qui caractérisent le secteur de la santé et ce avec la concertation de l’ensemble des intervenants, sans exclusion aucune et à travers des assises nationales qui impliqueraient tous les départements ministériels concernés », a préconisé le Dr Mohamed Bekkat Berkani, sur les ondes de la chaine III de la radio nationale.

Rappelant un constat unanimement partagé par tous quant à l’état de la santé en Algérie, y compris par le corps médical, l’hôte de la radio nationale a proposé aussi la tenue d’un conseil du gouvernement qui serait exclusivement consacré à l’examen des carences qui empêchent d’offrir des prestations sanitaires de qualité aux citoyens et en présence des secteurs annexes concernés (ministères de l’intérieur et des collectivités locales, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, du travail et de la sécurité sociale…).

Le Dr Bekkat Berkani a évoqué, entre autres priorités à prendre en charge, la révision de la loi sanitaire et de la carte sanitaire, la réhabilitation des structures de santé notamment celles de proximité, l’abrogation du temps complémentaire et l’augmentation d’un personnel de santé avec la formation adéquate qui doit l’accompagner, la finalité étant « le rétablissement de la confiance entre le citoyen et la santé », a-t-il observé.

A cet égard, il a précisé qu’il était « impératif  » de réviser la loi sanitaire qui remonte à 1985 et qui est devenue « trop vieille », et ce, en tenant en compte des évolutions technologiques qui interviennent en permanence, de sorte à ce qu’elle soit « une loi qui résiste au temps » qui prenne en considération, entre autres questions, celles relevant de l’éthique et de la déontologie.

L’intervenant a également estimé nécessaire de réorganiser le déploiement du personnel médical au niveau des structures sanitaires, notamment à l’intérieur du pays, de sorte à ce que les « résidents soient fixés », à travers des avantages sociaux et la mise en place d’un environnement encourageant.

Plaidant pour une santé publique qui réponde à hauteur de 80 % des besoins sanitaires du citoyen, Dr Bekkat Berkani a particulièrement mis l’accent sur le « maillon faible » que constitue le paramédical alors qu’il est « le plus près » du malade et « tenu à autant de qualifications que le médecin ».

Relevant, par ailleurs, une anomalie qui consiste à importer des équipements moyennant de grands coûts, l’intervenant a déploré que « face à une forte demande ce matériel ne résiste pas », suggérant une réorganisation des structures de santé de sorte à mieux gérer les flux de malades.

Le représentant des médecins algériens a plaidé, par ailleurs, pour une révision du rôle de l’Ordre qu’il préside.


Nombre de lectures: 421 Views
Embed This