DzActiviste.info Publié le dim 4 Nov 2012

Perpignan : Des pieds-noirs militent pour l’apaisement des consciences

Partager

                       
La guerre d’Algérie a commencé le 8 mai 1945″, insiste Jacky Malléa, délégué régional de l’APNPA (Association des pieds-noirs progressistes et leurs amis). Né à Guelma en 1940, il se souvient même des mouvements de foule ce jour de l’Armistice où les Algériens qui manifestaient ont été massacrés, comme à Sétif d’ailleurs. « La France avait laissé entendre aux Arabes qui s’étaient engagés à leurs côtés pendant la Seconde Guerre mondiale qu’ils auraient droit à leur indépendance », rappelle inlassablement ce militant engagé. Parce qu’il estime qu’il « est important pour lui de dire ce qu’il a vu et entendu », il s’est donc engagé aux côtés des pieds-noirs progressistes. L’association, qui compte presque 200 militants au niveau national, vient de tenir son assemblée générale à Toulouse. L’occasion pour elle de dresser le bilan des actions menées jusqu’à présent. L’APNPA a été invitée dans des colloques partout en France, écrit de nombreuses lettres ouvertes notamment contre le projet d’implantation d’une stèle en hommage au général Bigeard à Fréjus… «Nous protestons généralement contre le laisser-aller des autorités face aux agissements des ‘nostalgériques’. Nous militons également pour le rapprochement de la France et de l’Algérie ». Après avoir surtout joué un rôle d’opposition, – l’APNPA a manifesté dernièrement contre la pose d’une plaque hommage à un ancien de l’OAS dans un cimetière du Jura -, l’association a décidé d’être davantage force de propositions. « Nous voulons organiser des débats autour du 8 mai 1945. Il est vraiment important de parler de ces années avant 1954 pour bien comprendre la guerre d’Algérie ». A ce titre, Jacky Malléa est d’ailleurs déjà intervenu dans des collèges et lycées. Il a également souvent été interpellé par la communauté pied-noir. « J’ai reçu une lettre anonyme, des appels téléphoniques où on m’insultait sans me laisser le temps d’expliquer mon histoire et ma démarche », regrette-t-il tout en prônant « l’apaisement des consciences. 50 ans après, il est temps que la vérité ressorte ». Une parole libre qui ne demande qu’à s’exprimer.


Suggéré par Zineb

Source: http://www.lindependant.fr/2012/11/01/des-pieds-noirs-militent-pour-l-apaisement-des-consciences%2c176083.php


Nombre de lectures: 303 Views
Embed This