DzActiviste.info Publié le dim 15 Déc 2013

Peut mieux faire !

Partager

Algérie :  L’Histoire, entre western et bande dessinée.Si l’on respire quelques peu mieux sous le ciel d’Algérie éclairé de soleil d’automne, rien n’a vraiment changé pour ces franges de la population jamais conviées au festin. Et les conviés de la rente, restent conscients qu’ils ne gagnent rien à la sueur de leurs fronts et sont dépendants de cet excrément du diable (pétrole) et de son prix sur le marché mondial…
L’élection présidentielle d’avril 2014 approche à grands pas. Plus qu’environ quatre-vingt-dix jours. Dans jeune Afrique de la dernière semaine du mois de novembre de l’année, j’ai relevé des propos intéressants d’une militante algérienne :
« L’idée est moins saugrenue que ne le laissent entendre certains. Ni l’âge ni les capacités physiques de Bouteflika n’altèrent le bilan de ses trois mandats. À son crédit, au plan politique, l’élimination de la menace islamiste contre les institutions de la République et une meilleure représentativité des femmes dans les instances élues. Au plan économique et social, ses bonnes performances sont incontestables. En moins de quinze ans, la consommation des ménages a été multipliée par trois, la classe moyenne s’est consolidée et le cadre de vie a été amélioré. L’Algérie est beaucoup moins immobile qu’on ne le prétend. Présidence en fauteuil roulant ou pas, le pays avance ».
Si cela est certainement vrai. N’importe qui l’aurait réalisé tant le président, dès sa première investiture en 1999 avait bénéficié de l’ère des pétroles chers. En quinze années (1999-2013) l’Algérie a engrangé des milliards de pétrodollars. Ce qui lui avait permis d’acheter la paix sociale. Apres avoir été malmenés, les algériens ne demandent rien d’autre que de vivre en paix…
Le revers de la médaille c’est cette généralisation de la corruption, et l’accentuation des inégalités, alors que certains sont riches à millions de dollars, des chômeurs ne gagnent pratiquement rien. L’Algérie est l’un des pays les plus corrompus du monde. Et dans les classements mondiaux, les universités algériennes restent à la traîne.
Nous vivons les décennies de piston et de passe –droits. « Il faut m’avait raconté un enseignant à la retraite partout (à la mairie, à la wilaya, à la banque, dans toutes administrations) connaître quelqu’un pour éventuellement rentrer dans ses droits…
Si l’Algérie du président va tout de même mieux, nous nous en réjouirons encore plus. Car de quel bord qu’il soit nul algérien n’aimerait revivre les décennies noires et rouges, les temps de barbarie où deux cents milles algérien avaient été tués. Le souhait de chacun de nous est de voir émerger le pays…
Mais ne nous leurrons pas. Nous savons que ce qui est réalisé c’est grâce à l’argent du pétrole qui n’est point éternel. Nous demeurons sous la menace d’un retournement du marché
En 1986, le prix du baril avait chuté jusqu’à huit dollars. Et s’en étaient suivies La tragédie d’octobre 1988 et les destructions à partir de 1991……
Tout semble indiquer que le président actuel sera reconduit en avril 2014. Il ne tient qu’à lui de juger de ses capacités, et s’il faut ou pas rendre le tablier. On peut le créditer d’un Peut mieux faire.
Et lui dire Que Vouloir C’est Pouvoir.

Nourdine Amokrane De Boghni
Le 14/12/2013


Nombre de lectures: 1094 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>