DzActiviste.info Publié le mer 4 Sep 2013

Peut on dire que l’Algérie est en avance d’un échec ?

Partager

dictatureAhmed Amokrane

Vu les événements tragiques qui secouent le monde musulman,peut on dire que l’Algérie est en avance d’un échec ?

 » يبعث الله على رأس كل مائة عام من يجدد لهذه الأمة أمر دينها  »

حديث نبوي

 

« Dieu envoie tous les cents ans,ceux qui assureront le renouveau de la religion de cette nation »

Hadith prophétique

 

 

« Tout accomplissement scientifique,implique de nouvelles questions,il demande à être dépassé et à vieillir . Quiconque veut servir la science doit s’en accommoder . Être dépassé d’un point de vue scientifique n’est pas seulement notre destin à tous,mais c’est aussi notre but à tous  »

Max Weber

 

 

 

 

Le monde musulman traverse actuellement une des pages les plus sombres de son histoire . L’Afghanistan et l’Irak sont occupés,le Soudan est scindé,la Syrie sombre dans une guerre civile qui s’annonce aussi  atroce que longue . L’Égypte est traversée par un intense courant de discorde faisant suite au coup d’État militaire . La Tunisie, la Libye et le Yémen,sont plus que jamais déstabilisées .

Force est de constater que l’espoir suscité par le printemps arabe,semble malheureusement s’éloigner . En effet,les soulèvements populaires vécus en 2O11,dans différents pays de notre région,ont certes provoqué la chute des présidents dictateurs,sans pour autant mettre en route des projets de sociétés capables de rassurer les plus réticents ou de stabiliser des pays soumis à de véritables convulsions .

 

Les différentes situations observées dans les pays du printemps arabe,nous rappellent ce que notre pays a vécu après le printemps algérien d’Octobre 1988 . Cette ressemblance a poussé notre compatriote,le journaliste  Abed Charef à parler d’une Algérie qui serait en avance d’un échec .

 

Alors,où se situent les ressemblances entre le printemps algérien et le printemps arabe ?

Quelles sont les origines de ces échecs ?

 

Nous constatons qu’aussi bien le printemps algérien de 1988 que celui de nos voisins de 2011,sont le fruit de soulèvements populaires spontanés avec l’absence totale d’une quelconque opposition structurée ou d’un projet politique en dehors du désir  manifesté par des jeunes en colère pour accéder à la liberté et à la justice . Nous remarquons aussi le face à face opposant islamistes et armées en l’absence de sociétés civiles qui furent  complètement décapités par plus de 50 ans de pouvoir personnel .

 

En effet,le printemps algérien de 1988 ainsi que le printemps arabe de 2011,ont le mérite d’avoir affronté des régimes dictatoriaux qui n’avaient plus rien à offrir à leurs peuples . Cependant,ces printemps se sont déroulés au sein de sociétés qui ont subi  de véritables campagnes de dépolitisation massive orchestrées par les régimes respectifs dans le seul but est d’affaiblir leurs peuples pour mieux les dominer et les exploiter . Le vide politique,né de ces projets de dépolitisation massive et volontaire,explique en partie l’évolution désastreuse de nos printemps politiques .

 

Un autre élément,est représenté par la domination de la vie politique au sein de nos sociétés par les armées et des régimes autoritaires . La privatisation du champ politique provoquée par les régimes militaires et autoritaires,suscita au sein de nos sociétés conservatrices,un recours à la religion comme seul moyen de défense et de refuge . Le problème est que la pensée islamique est en hibernation depuis ce que Bennabi appelait l’ère post mouahidienne du 13 e siècle !

 

Alors que le Hadith du prophète (saws),dit : »Dieu envoie tous les cents ans,ceux qui assureront le renouveau de la religion de cette nation »,nos sociétés musulmanes continuent à se référer à des savants appartenant à d’ autres époques,tels que Ibn Hambal (9e siècle),Ibn Taymia (13e siècle)ou Mohammed Ibn Abdelwaheb(18e siècle) !

 

Ce déphasage,fait que nos sociétés fuient des régimes autoritaires dominés par des armées « nationales »  pour recourir à une religion dont la pensée stagne depuis de nombreux siècles . Tout est fait,comme si on remplaçait les quatre pneus crevés d’une voiture par des pneus présentant une usure avancée et percés ! d’où l’immobilisme…

La religion musulmane,peut être une réponse aux dictatures militaires à condition que la pensée islamique soit remise à jour . L’évocation  de la religion à elle seule,ne réglera aucun de nos problèmes tant qu’on a pas compris l’urgence d’une réforme de la pensée islamique .

Or,en politisant la religion musulmane et en l’absence du moindre renouveau de la  pensée islamique,les partisans de l’islam politique,ont fini par transformer notre religion en une  simple tendance politique populiste usant de slogans de rupture culturelle et idéologique avec l’ancien système sans pour autant s’assurer d’une quelconque cohésion sociale ou politique d’où la division spectaculaire et passionnelle de nos sociétés en pro et anti-islamistes .

 

Au même moment,les armées de la région soutenues par des puissances étrangères intéressées et cyniques,ont fini par  bloquer l’émancipation de leurs propres peuples  retardant ainsi l’avènement de la stabilité,de la démocratie et du progrès de nos pays .

Par ailleurs,les puissances en général et l’occident en particulier sont condamnés à revoir  leur politique qui consiste à jouer aux champions de la liberté et de la démocratie tout en soutenant pour des raisons économiques et géostratégiques,les dictatures des différents pays de notre région .

 

L’Algérie qui est en avance d’un échec,peut devenir un pays en avance d’un ensemble de réformes si elle arrive à mettre en application les travaux des Bennabi,Benbadis,Arkoun et Lahouari Addi dans le cadre d’un système politique global où se reconnaîtront l’ensemble des forces politiques nationales . Ce système politique global,ferait de notre pays une puissance régionale d’un point de vue idéologique et politique et rapprochera ainsi les islamistes et les sociaux-démocrates algériens qui multiplieront leurs efforts communs dans le but de stabiliser le pays tout en éloignant pacifiquement l’armée de toute activité politique . De telles initiatives, nous permettraient de resserrer les rangs et  mettraient en même temps fin aux  ingérences des puissances étrangères  .

 

P,S  : Je me suis inspiré pour écrire cette modeste contribution,de l’article de Lahouari Addi,intitulé «  Retours sur la régression féconde  » . Je profite de cette occasion pour lui manifester de la part de nombreux intellectuels algériens et lecteurs,l’expression de notre affection et respect . Nous sommes tous convaincus,qu’il n’y aurait pas  de changement ni en Algérie,ni à travers le monde musulman,sans la contribution de vos travaux . Merci pour tout ce que vous avez publié .


Nombre de lectures: 205 Views
Embed This