DzActiviste.info Publié le lun 11 Mar 2013

Peut-on réellement lutter contre la corruption dans notre pays ?

Partager

Par Radjef Said

chitaPeut-on réellement lutter contre la corruption dans un pays qui n’a ni école ni justice ? Peut-on réaliser le changement dans un pays qui n’a ni élite politique, ni élite intellectuelle et encore moins d’élite artistique ? Les algériens pensent qu’avec leurs faux semblants et leurs mensonges ils vont tout réaliser, ils vont se hisser au rang d’une grande nation. Ils pensent sincèrement que les deux seuls mots d’ordre qui vaillent sont la ruse et l’imposture. Ils sont vraiment à plaindre. Il n’y aucun doute, l’Algérie va s’abîmer sans bruit dans la fosse commune des bévues de l’histoire. Peut-il en être autrement lorsque les premiers éléments qui favorisent les dénis de justice, la mise en cause de la liberté d’expression, de l’art , du talent et de l’intelligence sont entretenus et sponsorisés par des cercles se proclamant de l’opposition, de la presse et de la libre pensée ?

Mais avec une telle conduite, l’algérien réaffirme avec force et sans le savoir qu’il est un eternel esclave, un eternel vassal. Sincèrement, comment peut-on lutter contre la corruption, l’injustice et l’arbitraire lorsque l’impunité est élevée au rang de vertu, au rang de condition nécessaire à la réussite sociale, lorsque neuf journalistes éditeurs sur dix ne savent ni lire ni écrire, lorsque les représentants du peuple sont des idiots congénitaux et pathologiques ?

Comment peut-on lutter contre le crime, lorsque une dévergondée inculte spécialisée dans la « chita » se permet d’accuser et de salir dans son chiffon la réputation de l’universitaire Addi Lahouari sans que cela n’émeuve la presse ? Les journalistes algériens et la classe politique ont-ils vu l’hommage que la France a réservé à S Hessel, comment la France s’est inclinée devant l’intellectuel ?

Non Messieurs, quand on veut lutter contre le mal, on se range d’abord du coté de la vérité, du savoir, de la science et du bien. Ce n’est pas en jouant à de vulgaires paysagistes décorateurs que vous allez nous duper et duper l’entourage d’ici et d’ailleurs. Un pays qui chasse et persécut ses génies pour lécher les bottes de caporaux incultes, est un pays qui est condamné à disparaitre.


Nombre de lectures: 2839 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 2 Comments
Participer à la discussion
  1. En Algérie, il est plus facile d’être président de la république que d’être un homme honnête ou intellectuel…Yakhi lakouada!

  2. Les enquêtes entamées par l’état dans le cadre de la lutte contre la corruption à la SONELGAZ sur les contrats lancée par cette entreprise de manière générale, ne peuvent aboutir si et seulement si l’enquête analysera le volet technique des contrats à savoir:
    – l’origine des équipements achetés dans le cadre du projet (généralement les constructeurs de centrales chiffre pour la sonelgaz des équipements d’origine mais à la réalisation ils ramènent des équipements chinois qui coûtent le 1/10 du prix affiché
    – sur quelle base le marché à été attribué( sur la base de formules prix du kilowattheures ou autre, généralement tailler sur mesure de la taille du plus offrant )
    – faire une étude détaillé sur les centrales réalisés et les équipements acquis, dans quel cas ils se trouvent quelle est leur situation…….et les exemples sont nombreuses
    – faire un calcul technico-économique et faire ressortir les défaillances et pertes engendrées dans le cadre de ses marchés
    – les contrats de réalisation de centrales et d’acquisition de turbines à gas doivent être étudier par des professionnels (l’état peut faire appel à des bureau experts dans le domaine technique pour déceler les défaillances préméditées mais cachées)

    et enfin faire des enquêtes personnel sur ces responsables qui occupent des postes clés dans cette société et qui ont le pouvoir de signature parceque c’est ces responsables qui sont appâter par les sociétés étrangères et qui morde facilement à l’hameçon ( il y’a des PDG QUI ONT CONSTRUIT DES VILLAS LUXUEUSES SUR LE DOS DES ALGÉRIENS ET ILS SONT NOMBREUX) ce n’est pas avec un salaire de 200 000 DA qu’ont peux acheté du terrain et bâtir une villa.

    Je demande à la justice de notre pays de faire payer ces responsables qui ont manipulé les lois à leur guise pour punir des Algériens et pour se faire enrichir .

    Je compte sur la justice de notre pays, malgré la lâcheté exemplaire de nombreux employés.

    ALAH YARHEM ECHOUHADA

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>