DzActiviste.info Publié le mer 30 Oct 2013

Plutôt attentif qu’agressif, Boualem Sansal est un ecorché vif parcequ’il a la nostalgie des Juifs

Partager

J’ai lu Boualem Sansal et j’ai l’intention de continuer à le lire, et je peux dire qu’il mérite largement sa notoriété, certes son aura en occident est quelque part « aidée » parce qu’il participe malgré lui ( à mon avis ) à la propagande pro israel par son coté « nostalgique » des Juifs en Algérie, mais si on veux vivre libre dans la vie comme il l’explique trés bien dans ses interview par exemple celle ci à un journal Belge le VIF, on ne se doit pas se contenter de penser par rapport aux autres ou se positionner par rapport à la vie et le comportement des autres

c’est vrai qu’il parait déconnecté par rapport aux nouvelles réalités Algériennes, et fini par agaçer surtout la génération actuelle qui ne connait du mot juif qu’insultes et colonisations de territoires, mais cela aussi est trés bien expliqué dans ses différentes interventions, qui n’arriveront jamais et cela n’étonnera personne, aux oreilles de nos Jeunes plus obsédés par l’émigration, le matérialisme saupoudrés d’une bigoterie alarmante

on peux critiquer Boualem Sansal si on est tenté de le faire, je ne pense pas qu’il soit le genre à s’en offusquer d’une pluralité d’expressions, encore faut il pouvoir lui sortir des arguments, c’est en cela qu’on reconnait les grands des petits…esprits.

« L’islamisme, même à dose microscopique, détruit un pays »

lundi 26 septembre 2011 à 10h52

Boualem Sansal se défend d’être un héros. L’écrivain algérien en a pourtant l’étoffe. C’est au péril de sa vie qu’il pousse un cri de révolte contre les islamistes qui gangrènent son pays chéri et contre un régime qui sème la haine et réduit la liberté individuelle.

« Tout n’est pas perdu », à condition de connaître son histoire et ses origines. Les siennes prennent racine dans la Rue Darwin (Gallimard). Un roman intense qui retrace une enfance hybride, partagée entre plusieurs identités. Une enfance « écourtée par la guerre », mais enrichie par la force des femmes. On y assiste aussi à la mutation de l’Algérie, qu’il décrit sans complaisance. Quels sont les observations et les combats de Boualem

lire la suite de l’interview sur le journal Belge LEVIF

Lire mon billet sur le meme thème: Dis moi Boualem Sansal… le paradis Israelien

Lire mon billet sur le meme thème: Visiter Israel en demeurant un vrai patriote Algerien !


Nombre de lectures: 216 Views
Embed This