DzActiviste.info Publié le sam 18 Fév 2012

Pour l’égalité des chances et une vie digne en Algérie

Partager

Alors que le monde va célébrer la journée mondiale de la justice sociale, il apparaît que l’aboutissement de réformes mettant fin à la hogra et garantissant les droits et libertés ne veux pas dire qu’on fasse payer la crise aux couches les plus vulnérables, la classes moyenne qui s’est développées à la suite des libéralisations économiques veux, quant à elle, de la stabilité politique , elle proteste avant tout contre la corruption et la nature prédatrice du pouvoir. Tandis que les couches les plus défavorisées ont payé plus chèrement les orientations socio-économiques imposées par la mondialisation néolibérale qui favorise la croissance des inégalités, et les conséquences de l’application des différents programmes d’ajustement structurel qui n’ont satisfait que les institutions bancaires internationales et les tenants locaux du pouvoir.

La politique d’ajustement structurel privilégiant les intérêts du système et du capital financier international L’échange inégal, l’obstination des rapports rentiers ont élargi la pauvreté, Les progrès affichés fièrement par le pouvoir de l’espérance de vie, de l’alphabétisation, de la mortalité infantile, cache mal les inégalités existantes. Cette modeste évolution regagne des réalités disparates, la fragilité de certaines couches s’est accrue, la persistance de la menace terroriste empêche l’amélioration de la situation sociale dans certaines régions, l’accès aux services sociaux de base est très inégal soumis a des guerres d’intérêts, notamment dans le domaine sanitaire, l'adduction d'eau potable ou l’entretien des routes. La pauvreté touche plus les zones rurales que les zones urbaines, les femmes et les personnes sans instruction. Elle se manifeste par l’insuffisance de revenus et de ressources productives, la faim et la malnutrition, la mauvaise santé, l’environnement insalubre, la discrimination sociale et l’exclusion. La croissance est une condition nécessaire mais a elle seule ne peut réduire la pauvreté. Il faut encourager des mécanismes susceptibles d’aplanir les inégalités alors que le pouvoir continue à concevoir sa politique sociale comme un palliatif charitable visant à rendre soutenable politiquement sa réforme.

La population ne se sent pas appuyée et protégée dans cette politique économique désastreuse, victimes du terrorisme et patriotes, familles des disparus, chômeurs exclus du marché du travail , Salariés victimes ou menacés par l’ouverture du marché algérien et la fermeture des entreprises publiques, habitants des quartiers ou des zones rurales en difficulté, jeunes désespérant de leur avenir, malades doublement victimes d’une politique de santé , femmes soumises à l’injustice institutionnalisée, retraités qui s’inquiètent de leurs pensions, tous d’une façon ou d’une autre ont besoin d’un Etat puissant, efficace et qui lutte contre les injustices et les inégalités.

A cet effet le Réseau de Défense des Libertés et de la Dignité soutien et appel les citoyens a participer au rassemblement qui sera organiser au niveau de la Commune : AHNIF, Daira de M'Chedallah W. Bouira. Sur RN N° 05 à la Placette de la liberté ( intersection), Ahnif le 20 fevrier a 10h

Réseau de Défense des Libertés et de la Dignité


Nombre de lectures: 319 Views
Embed This