DzActiviste.info Publié le dim 23 Déc 2012

Pour l’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste

Partager

Déclaration d’Oran pour une loi exigeant l’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste

Publié le 23 décembre 2012 par djazairbladna

Réunis en ce jour du 22 décembre 2012 à l’occasion de la tenue de la conférence intitulée « la problématique du gaz de schiste, entre le droit à l’information et le droit à la décision » au siège de la ligue des droits de l’homme d’Oran, sise au 48, rue des Aurès (Oran), nous participants à cette rencontre scientifique prenant acte des deux forages d’exploration ordonnés par notre gouvernement et exécutés par la société SONATRACH, nous soutenons tous les efforts et actions de sensibilisation et dénonciation du recours à l’exploitation du gaz de schiste qui n’est que désastreuse pour notre écosystème saharien et pour la santé des populations où se trouvent les deux forages (l’Ahnet 1 et l’Ahnet 2) et d’autres éventuels puits.

Nous soutenons par la même toutes les pétitions, déclarations, prises de position, les actions tendant à l’annulation de ce type d’exploitation de gaz de schiste par l’établissement d’une loi interdisant définitivement toute fracturation hydraulique.

Nous condamnons toutes les actions de chantage, de pression et harcèlement orchestrées par certains milieux et services officiels et non officiels en vue de faire plier les militants anti-gaz de schiste ici et ailleurs.

Nous condamnons par la même la grande campagne médiatique proférée par les milieux officiels indiquant l’opportunité et obligation au recours à l’exploitation du gaz de schiste.

Nous condamnons toutes les actions de verrouillage du champ médiatique et audiovisuel face aux militants anti-gaz de schiste en particulier et défenseurs de l’environnement en général.

Nous demandons aux responsables officiels du projet d’exploitation du gaz de schiste de rendre compte au peuple algérien de l’évolution de la gestion de ce lourd dossier et de lui fournir tous les éléments d’information afin de pouvoir prendre la bonne décision qui lui incombe, et ce en recourant soit à un vote, référendum ou autre voie démocratique possible.

Nous demandons à l’ensemble des composantes de la société civile, en l’occurrence les formations politiques, les associations, les ONG, les élus etc de s’exprimer face à ce drame national qui va être provoqué par une éventuelle exploitation de schiste dans notre Sahara. Nous leur disons que votre silence actuel peut être compris comme étant une complicité et par conséquent un accord tacite pour ce foudroyant projet tant par rapport à la santé des populations que par rapport aux écosystèmes sahariens.

Nous condamnons à la fin l’accord que comptent signer les gouvernements algérien et français en matière d’expérimentation et d’essais de l’exploration et de l’exploitation du gaz de schiste au sahara Algérien.

Nous préconisons comme alternatives au gaz de schiste les énergies renouvelables qui constituent actuellement l’apanage de plusieurs pays qui travaillent à la sauvegarde des écosystèmes naturels et les santés de leurs populations.

Restons à la disposition de toutes les sensibilités et consciences positives en vue de développer des actions pacifiques tendant à l’exigence d’une loi officielle et définitive qui interdit tout recours à la  fracturation hydraulique ici et ailleurs et maintenant et à l’avenir

Oran le 22 décembre 2012

Pour le collectif euromaghrébin anti-gaz de schiste

(http://cemagas.org)

Le coordinateur

Dr MOUSSA Kacem


Nombre de lectures: 332 Views
Embed This