DzActiviste.info Publié le dim 10 Nov 2013

Pourquoi Bouteflika ne serait pas aussi délicat avec nous comme au Costa Rica ?

Partager

Le Costa-Rica ferme ses zoos et relâche les animaux

Notes perso: Pendant que pas mal de pays s’orientent de plus en plus à enfermer les gens, un petit Etat lui décide de relâcher tous les animaux en cage et donc oust, à la trappe non pas les animaux, mais les Zoos, leur gérants et leur visiteurs,

comment peut on se laisser à devenir insensible devant l’enfermement d’un animal dans un milieu qui n’est pas le sien,

evidement, cette décision se fait avec arts et manières, et donc, on est trés loin du laisser aller nauséabond que j’ai fait état hier avec le billet sur les animaux qui envahissent les grandes villes algériennes, en tout cas, moi je l’ai révé ce truc la, le petit COSTA RICA, Etat sud Américain l’a fait.

Le Costa Rica a beau être un minuscule pays, il a l’air de faire parler de lui. Et le plus souvent en bien, voire en très bien. Après avoir aboli son armée, il vient de décider de fermer ses zoos et de relâcher des centaines d’espèce. De quoi enrichir plus encore son exceptionnelle biodiversité. Le Costa-Rica, petit pays, grande biodiversité

Le Costa Rica ne couvre que 0,03% de la surface de la planète, mais ce petit pays tropical héberge un nombre remarquable d’espèces vivantes : pas moins de 500 000 espèces différentes prospèrent dans ses luxuriantes forêts. Cela représenterait plus de 4% de toutes les espèces vivantes recensées sur Terre. Malgré cela, le Costa-Rica avait créé des zoos.

Mais, initiative inédite, le gouvernement du Costa Rica a annoncé sa volonté d’ouvrir les barreaux et de renvoyer les locataires des cages à leur milieu naturel. Cela sera effectif en mars 2014, à l’expiration du contrat qui lie les Autorités aux sociétés qui exploitent les zoos.

Pourquoi mettre fin à la captivité des animaux et donc à l’existence des zoos ?

«Nous nous débarrassons des cages avec la volonté d’interagir avec la biodiversité dans les parcs botaniques de manière naturelle « , a expliqué ministre de l’Environnement René Castro. » Nous ne voulons d’animaux en captivité ou enfermés d’aucune manière que ce soit ; hormis les rares cas où il faudrait en sauver l’espèce. «

l’article via le blog des moutons enrages

ce que dit notre religion la dessus


Nombre de lectures: 192 Views
Embed This