DzActiviste.info Publié le ven 29 Mar 2013

Pousse toi que je me place

Partager

Ils avaient tous critiqué le F.L.N
Mais avaient tous de même
Tous ces partis de Si Flène
De tous temps floué Les Malheureux
Ils avaient feint de réclamer
L’Etat de Droit
Pour accaparer chacun pour soi
Et leurs coquins-copains
Les moindres rations de pain
Des misérables Malheureux
Ils avaient tous condamné la violence
Avaient abusé avec insolence
De coups sur les têtes des Miséreux
Restés Malheureux
A méconnaître leurs droits
Les jeunes vaguent sans le sou
Désespérés de vivre un peu
« Dans quel pays vivons-nous
Clament-ils Malheureux ?
Pousse toi que je me place
Pour recevoir l’oseille
Et mener une vie de palaces
Et que leur importe l’Etat du pays
Seules comptent leurs vies
Ont estimé les élus
Le pays demeure un vaste chantier
Toujours poussé sur le sentier
De l’injustice qui n’en finit pas
Nous laissant dans la nausée
Fatigués et dégoûtés.

Nous restons songeurs de l’Ailleurs
Où existent les sourires des filles
Dans les libertés de parler
Et de se confier aux amis.

Boghni le 29/03/2013
Amokrane Nourdine


Nombre de lectures: 648 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>