DzActiviste.info Publié le mer 16 Jan 2013

Premières chutes de neige font craindre le pire, Les Algériens dans l’appréhension.

Partager

lesdebats.com

Mardi 15 janvier

Les premières chutes de neige, survenues certes en retard, nourrissent les appréhensions des Algériens, notamment les habitants des localités montagneuses et enclavées du pays.
En effet, les perturbations climatiques accompagnées d’une vague de froid qui se poursuivront jusqu’à demain, selon les prévisions de l’Office national de météorologie (Onm), font craindre le pire, le souvenir de l’hiver dernier étant toujours dans les esprits. Les villageois des wilayas montagneuses du pays sont sur le qui-vive.

Ils s’empressent d’ores et déjà à faire leurs emplettes en provisions nécessaires afin de prévenir d’une éventuelle tempête de neige. Ainsi, dans certaines localités isolées, les citoyens redoublent de mobilisation en stockant dans leurs ménages respectifs, les vivres de première nécessité, mais aussi, et surtout les fameuses bonbonnes de gaz butane. D’ailleurs, la pénurie et la spéculation se sont déjà installées dans ces localités privées de gaz de ville.

Des chaînes se forment continuellement devant les dépôts de centres enfûteurs de gaz butane. Ceci dit, les autorités locales ont pris les dispositions nécessaires afin de parer à toute urgence, les enseignements de l’an dernier étant toujours d’actualité.

Ainsi, des centres d’enfûtage de gaz sont réalisés dans plusieurs localités du pays, et les assemblées locales ont été dotées de moyens matériels et logistiques, à même de faire face à des situations d’urgence. Par ces premières chutes de neige, abondamment tombées sur les wilayas à haute altitude, à l’instar de Sétif, Tizi Ouzou, Béjaia et Médéa, la mobilisation est de rigueur.

Des axes routiers sont déjà coupés à la circulation ou difficilement empruntables, comme c’est le cas au col de Benchicao dans la wilaya de Médéa, qui culmine à plus de 1 200 mètres d’altitude, mais aussi les villages de la Haute Kabylie et du nord de Sétif réputés pour la rigueur extrême des hivers.

Bien que les pouvoirs publics se soient déployés sur le terrain afin de dégager la circulation automobile et désengorger les localités enclavées, il n’en demeure pas moins, que la situation deviendrait intenable si les chutes de neige venaient à s’intensifier. L’on se souvient des fortes chutes de neige qui avaient affecté tout le nord algérien l’année passée, et du lot de désagréments causés aux villageois.

Pénurie de gaz, coupures électriques et routes coupées à la circulation, faisant endurer le cauchemar à des centaines de villageois bloqués par la neige dans leurs maisons. Il appartient donc aux autorités locales et aux pouvoirs publics de retenir les leçons de la tragédie de l’an dernier, en redoublant de vigilance et de mobilisation afin de prémunir ces pauvres villageois des affres du froid et de la neige.

Bien que des efforts ont été consentis depuis, pour l’amélioration des conditions de vie des Algériens, notamment les habitants des régions les plus reculées, il n’en demeure pas moins que nombre de ces citoyens restent dépourvus de commodités les plus élémentaires, faisant d’eux les premières victimes des perturbations climatiques.

En attendant, les jours qui viendront sont appréhendés fortement par l’ensemble des Algériens craignant un scénario identique à celui de l’an dernier.

M. Ait Chabane


Nombre de lectures: 289 Views
Embed This