DzActiviste.info Publié le ven 6 Juil 2012

Un président charlatan et des élites perverses.

Partager

Said RADJEF 06 07 2012

Malheureusement, il n’y a pas que Bouteflika qui soit atteint de la folie des grandeurs. C’est presque toute la classe politique algérienne qui est profondément touchée par cette maladie. L’Algérie est le seul pays au monde ou l’opposant est opposant non pas pour proposer un projet de société, une sortie de crise sans tragédies, mais il est opposant par orgueil, par ignorance et souvent par cupidité…Nos opposants sont justes opposants pour remplacer le régime en place, pour demander à la junte de les accepter comme interlocuteurs privilégiés, pour fuir le peuple et prendre une place de choix dans cette Algérie d’en haut. Si nous avions une opposition digne de ce nom, est ce que des caporaux incultes auraient eu l’audace de diriger des universitaires comme un troupeau de moutons, est ce que Ben Bella aurait élevé la voix pour malmener et humilier Debaghine, Ferhat Abbas, Ben Youcef Benkhedda, est ce que Bouteflika aurait existé de nos jours pour se comporter comme Néron ?

Dans cette histoire, dames et messieurs, Bouteflika, une véritable honte pour le poste qu’il occupe tant ses tares sont ignobles et odieuses, n’est pas à blâmer. Celui qu’il y a lieu de blâmer, ce sont plutôt nos élites. Ces dernières ont toujours fui leurs responsabilités historiques. Depuis l’Empire Ottoman à ce jour, nos élites conformistes à outrance, ont toujours été des béni gardes- a- vous. Quel que soit le régime en place, elles servent avec zèle et ardeur. Mais regardez donc la conduite de nos universitaires ! Un tas de pornocrates et de tubes digestifs qui entre une pipe et une partie de dominos, ne trouvent jamais de temps pour lire le moindre ouvrage en vue de se former politiquement, en vue de promouvoir les traditions citoyennes dans notre société. Entre des pulsions sexuelles sadiques, la débauche de jeunes étudiantes crédules et naïves et des revendications karchistes corporatistes salariales, nos illustres universitaires ignorent tout des attentes de leur pays.

Comment s’offusquer dans cette situation des excès d’un président mégalomaniaque et narcissique ou de l’ignorance des généraux qui ont la vision de caporaux tirailleurs affamés ? Sans le savoir, sans la science et sans la sincérité dans l’engagement politique, non seulement l’Algérie cessera d’exister en tant que Etat et Nation, mais tous les Bouteflika charlatans et tous les caporaux incultes et ignorants que compte notre pays auront de beaux jours devant eux.


Nombre de lectures: 3703 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>