DzActiviste.info Publié le sam 15 Mar 2014

PRETS ACCORDES AUX JEUNES : bombe à retardement prête à exploser (source Algérie express)

Partager

PRETS ACCORDES AUX JEUNES : bombe à retardement prête à exploser  (source Algérie express)

Ce qui devait arriver est arrivé … en un rien de temps . Les jeunes bénéficiaires de crédit de l'Agence Nationale de Soutien à l'Emploi des Jeunes ( ANSEJ) et de la Caisse Nationale d'assurance chômage ( CNAC) rechignent à respecter leurs engagements et à rembourser les prêts qui leurs ont été octroyés. Ils viennent d'en faire part aux autorités. Déjà à son lancement, l'opération en faveur de ces jeunes a été décrite comme "une manière d'élargir le cercle de la corruption" …"du bricolage" tant les promoteurs n'ont pas été accompagnés … "trop laxiste" pour espérer des résultats probants, très orientés au profit des clientèles de seconde zone du régime. Une internaute avait même posté cette remarque : "Comment l'ANSEJ pourra aider nos enfants sans maarifa, piston et errachwa?" Un jeune bénéficiaire de Boumerdes avoue, dépité, "on m'a permis d'acheter un camion frigorifique … mais toutes les portes sont closes pour décrocher un contrat de transport de produits périssables … pour cela il faut un sacré coup de main … ces contrats se distribuent en circuit fermé … alors mon camion est sur cales" Le laxisme a été tel que plusieurs attributaires de prêts ont vendu leurs équipements, d'autres ont détourné les aides accordées. C'est un imborglio dont il sera difficile de démêler l'écheveau. Toujours est-il que présentement des poursuites judiciaires ont été lancées à l'encontre de 11000 bénéficiaires pour défaut de remboursement. Pour se disculper, ces jeunes invoquent leur incapacité à honorer leurs dettes. Ils viennent de s'organiser en coordination nationale, pour le moment non agréée. Mr Amar Tarcha, leur porte parole a menacé d'investir la rue parceque ces jeunes seraient "des victimes". L'argument: la plupart d'entre eux n'ayant pas entamé leur projet se sont retrouvés dans l'obligation de payer taxes, impôts, remboursements… Le porte parole a appelé les pouvoirs publics à mettre fin aux poursuites judiciaires, a effacer les remboursements d'intérêts, annuler la moitié de leurs dettes et à se voir mieux accompagnés dans leurs démarches. Plus direct, un jeune politisera la revendication "Après tout c'est notre part de rente…les agriculteurs ont vu leurs dettes effacées avant le 3eme mandat, à concurrence de 43 milliards de DA… et puis tous ces scandales en milliards de dollars subtilisés … en fait, on ne demande pas grand chose". Voilà comment on se piège en piégeant le pays, à force de vouloir tout acheter.


Nombre de lectures: 217 Views
Embed This