DzActiviste.info Publié le sam 24 Mar 2012

Qataris et Britanniques «offrent» une chaîne de télévision au fils d’Abassi Madani

Partager

 

Qataris et Britanniques «offrent» une chaîne de télévision au fils d’Abassi Madani

Un des fils d’Abassi Madani, ancien dirigeant de l’ex-FIS (dissous), s’apprête à lancer une chaîne de télévision satellitaire à partir de Londres, en association avec des Qataris, selon des sources sûres.

 

La chaîne en question dénommée «El Magharebia», sera lancée, dans une semaine, ajoute notre source qui ne précise pas les sources de financement de cette chaîne.

Selon des indiscrétions, ce canal ciblera l’Algérie, dans le but de remettre en cause les politiques engagées et soutenir le retour du FIS sur la scène politique. La source n’indique pas qui des deux fils d’Abassi Madani, Ikbel ou Salim, fait partie du staff dirigeant de cette chaîne.

La création de la chaîne de télévision satellitaire «Al Magharebia» intervient peu de temps après l’annonce faite pas les pouvoirs publics relative à l’ouverture du champ audio-visuel au privé. Abassi Madani avait, au début des années 1990, fait fuir ses deux fils vers l’Allemagne, alors que son parti appelait les Algériens au «djihad», donnant naissance au terrorisme qui a fait des dizaines de milliers de victimes, en Algérie. Abassi Madani avait quitté l’Algérie peu de temps après sa sortie de prison pour le Qatar.

Par ailleurs, il nous a été précisé que l’ex-directeur général de la chaîne satellitaire qatarie, Al Jazeera, Wadah Khanfar, qui a démissionné de ce poste récemment lancera, bientôt, une autre chaîne de télévision, en association avec des Qataris, lui aussi. Cette chaîne sera basée à Benghazi, en Libye, selon la même source. Wadah Khanfar avait été présenté par Wikileaks, comme un «agent de la CIA», lui imputant un «traitement jugé complaisant d’Al Jazeera à l’égard des Etats-Unis d’Amérique dans la couverture de l’actualité».

Khanfar est resté huit ans à la tête du groupe médiatique. Le FIS-dissous et Wadah Khanfar ont un point commun en ce qui concerne le conflit armé qui a ravagé la Libye. L’ex-FIS a rendu public plusieurs communiqués soutenant la «révolte» en Libye,

dont le dernier, se félicitant de l’assassinat de Mouammar Kadhafi, sans dénoncer la mutilation de son corps, pourtant formellement et clairement interdite par la religion musulmane, et la torture dont il a été victime avant qu’il ne soit tué. Khanfar n’a pas fait preuve de moins de «sympathie» avec ce qui se passait en Libye, prenant carrément position en faveur d’une partie contre une autre, en contradiction totale avec l’éthique et la déontologie de la profession de journaliste.

 

Mounir Abi


Nombre de lectures: 459 Views
Embed This