DzActiviste.info Publié le ven 16 Mar 2012

Quand « la fille de l’église » s’installa chez « la fille de la mosquée »

Partager

image mise en ligne par webmaster marengoin.wordpress.com pour HADJOUT/MARENGO FINE FLEUR DE LA MITIDJA

C’est l’histoire de «la fille de l’église» qui voulait s’installer, en 1830, chez « la fille de la mosquée ».

C’est par la mer que la visiteuse se présenta et dès qu’elle accosta au port, leva la tête et aperçut la plus grande mosquée de la ville, Ketchawa.

En décembre 1831, 
à peine un an après son arrivée, 
« la fille de l’église » ordonna à son Savary de réquisitionner la mosquée et de la transformer en église catholique.

Quelques années plus tard, vers 1844, les aménagements font disparaître le minaret de style maghrébin pour construire les deux tours de la façade, et un chœur là où il y avait la salle de prières de la mosquée.

L’édifice devint cathédrale, classée monument historique par l’administration de « la fille de l’église » en 1908. En mai 1945, les enfants de « la fille de l’église » sortirent pour célébrer leur joie de triompher des enfants de « la fille du nazisme ».

Les enfants de « la fille de la mosquée » sortirent également et appelèrent « la fille de l’église » à leur laisser leur pays et leur mosquée. 
Les enfants de « la fille de l’église » 
ne l’entendirent pas de cette oreille 
et tuèrent des milliers d’enfants 
de« la fille de la mosquée ». 


Mais voilà qu’un enfant de « la fille de 
la mosquée » du nom de Mohamed, comme le prophète des musulmans, 
fut profondément choqué par les tueries 
du 8 mai 1945.

Il rassembla, en juin 1954, vingt-deux hommes dont 
il ne garda que cinq pour déclencher une guerre contre les enfants de « la fille de l’église ».

Celle-ci reprit son bateau 
et rentra chez elle en juillet 1962.

La cathédrale redevient une mosquée spontanément le jour même du départ de la visiteuse. Les deux tours de 
la façade redeviennent deux minarets.

La grande cloche de la cathédrale 
est offerte à la chapelle des Sept-Saints, devenue un lieu célèbre de pèlerinage islamo-chrétien au pays de la « fille 
de l’église », comme symbole d’unité entre l’islam et la chrétienté.

 

par Nacer Boudiaf (*) Auteur de Boudiaf, l’Algérie avant tout ! 
Éditions Apopsix, 201


Nombre de lectures: 258 Views
Embed This