DzActiviste.info Publié le ven 14 Nov 2014

Quand les révolutions arabes favorisent le retour au pays

Partager

290_108618_vignette_tunisie-ghaniaDIASPORAS, MIGRANTS ET EXILÉS AU CŒUR DES TRANSITIONS POLITIQUES

Les 16 et 17 octobre s’est tenue à Tunis une conférence sur le poids et le rôle des migrants dans les révolutions arabes. Elle a remis en cause bien des certitudes en battant en brèche les dichotomies simplistes entre pays d’origine et pays d’accueil, immigrés et binationaux, engagement intérieur et extérieur.Les mouvements de protestation arabes de 2011 ont bouleversé la carte des migrations dans cette partie du monde. Des Cassandre avaient prédit l’accroissement des flux migratoires1 du fait de l’instabilité politique qu’induit toute période de transition — et sans connaître encore la violence dans laquelle se sont par la suite enfoncés la Syrie, la Libyemais aussi l’Égypte ou le Yémen. Pourtant, cette «  invasion migratoire  » n’a pas eu lieu : la forteresse Europe, en panne de solution alternative, a réaffirmé ses positions de renforcement du contrôle aux frontières, comme l’ont montré les recherches de Catherine Wihtol de Wenden2.

NOUVELLES PERSPECTIVES

En revanche, avec la chute de systèmes dictatoriaux honnis, le rapport que les descendants de migrants, les binationaux, les exilés entretiennent avec leur pays d’origine a changé. Tout d’abord, des mobilisations en soutien — ou contre — les soulèvements ont eu lieu en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Ensuite, accompagnant un regain de nationalisme, de nouvelles formes de migration Nord-Sud sont nées de la perspective d’une nouvelle ère ou de la nécessité de défendre un régime en danger. L’idée d’une (ré)installation sur la rive sud de la Méditerranée est de plus en plus prise au sérieux.

«  Diasporas, migrants et exilés : quels rôles dans les révolutions et les transitions politiques du monde arabe  ?  »était le sujet de la première conférence annuelle organisée par le programme When Authoritarianism Fails in the Arab World (Wafaw)3 les 16 et 17 octobre 2014 à la Bibliothèque nationale de Tunis. Elle a été suivie par une table ronde réunissant des acteurs politiques et économiques tunisiens issus des rangs des returnees4. Parmi les thèmes abordés lors de la conférence5 figurait celui du retour au pays et de la «  migration inversée  ». Ce phénomène a été longtemps inimaginable, du fait de la confiscation par des régimes dictatoriaux des opportunités économiques et politiques dans les pays d’origine et de la délégitimation du «  retour  » — conçu comme séjour temporaire et cantonné au registre des visites familiales, de la retraite des chibanis ou des rapatriements de fonds.

Si leur nombre est difficilement quantifiable6, ces migrations n’en forment pas moins un phénomène majeur du processus de transition dans le monde arabe.

ACTEURS INCONTOURNABLES DU JEU POLITIQUE

Bon nombre de membres de gouvernements qui ont succédé aux régimes déchus sont en effet issus des rangs des exilés. C’est le cas d’acteurs incontournables de la nouvelle vie politique comme le parti Ennahda en Tunisie : sous la dictature et la répression de Zine el-Abidine Ben Ali, les cadres du parti ont dû quitter le pays clandestinement, dès 1991 — parfois à pied, en passant par l’Algérie ou la Libye. C’est le parti lui-même qui a organisé l’exil de ses membres, leur fournissant de faux passeports et rétribuant les services de passeurs, avant de procéder au regroupement familial en 1995 lorsque femmes et enfants ont rejoint les militants partis seuls, dispersés dans environ 50 pays7.

Plus discrètement et à titre individuel, de véritables «  entrepreneurs  » ou techniciens du politique sans véritable lien militant avec la Tunisie sont revenus pour prendre part à l’expérimentation que représente la transition démocratique tunisienne, comme Elyes Ghanmi8, haut fonctionnaire européen engagé dans le Parti socialiste français, qui dirige la campagne de Mustapha Ben Jaafar, candidat à l’élection présidentielle.

Dans la Libye voisine, une partie du personnel politique de la période post-Kadhafi est constituée d’anciens exilés, à commencer par deux des figures les plus importantes de l’exécutif libyen : l’ex-président du Congrès général national, Mohamed Youssef El-Megaryef (août 2012-mai 2013) et l’ex-premier ministre Ali Zeidan (novembre 2012-mars 2014). Tous deux avaient quitté en 1980 l’ambassade de Libye à New Delhi pour rejoindre le Front national du salut libyen, l’un des principaux mouvements d’opposition au régime de Mouammar Khadafi9

LA LÉGITIMITÉ DES RETURNEES

Le retour, et particulièrement l’accès à des postes à responsabilité10 pose la question de la légitimité et de l’ancrage local. Loin de la caricature du retour d’Ahmed Chalabi, parachuté par les Américains en Irak en 2003 bien que sans crédibilité, des précédents historiques témoignent de la difficulté de l’intégration ou de la pérennisation de la présence des returnees.

Ainsi, dans les territoires palestiniens occupés, ceux qu’on appelle les mughtaribun, ces diplômés des universités prestigieuses occidentales issus de la diaspora palestinienne, ont été invités par l’Autorité palestinienne à constituer un réservoir d’experts en vue de préparer aux négociations d’un statut final avec Israël. Ils ont en fait assez peu comblé la distance qui les séparait des Palestiniens. Leurs stratégies de carrière individuelles ou leurs attentes en termes de niveau de vie plus élevé les ont finalement poussés à concevoir le retour comme une étape temporaire11. Au Bahreïn, l’opposition, qui a conservé à l’inverse un fort ancrage de terrain, est revenue en 2001 après l’amnistie déclarée par le nouveau roi Hamad Ben Issa Al-Khalifa. La question de la légitimité s’est alors posée dans des termes différents mais cruciaux pour comprendre l’instabilité du compromis politique des décennies 2000-2010 : le décalage entre le programme formé par l’opposition et la Constitution de 2012 a conduit à un mutuel déni de légitimité12.

De fait, la légitimation du capital humain accumulé à l’étranger n’est pas automatique. En Tunisie, l’expérience acquise dans d’autres pays peut jouer un rôle essentiel au niveau de la communication des idées islamistes à l’extérieur par exemple, car elle permet de maîtriser les codes culturels et linguistiques des médias mainstream13. En revanche, l’ostracisme subi à l’étranger est perçu de façon négative, comme une dégradation sociale, alors que le nom de famille, parce qu’attaché à un lieu, est une ressource électorale14. Sur ce plan, le poids des sociabilités notabiliaires et élitaires reste constant, même après la Révolution et malgré l’expérience de la souffrance et le statut de «  première victime  » de la dictature. En Libye, la greffe a très difficilement pris, non seulement parce qu’une partie des exilés provenait d’une ancienne élite bourgeoise évincée par Khadafi, mais également pour des raisons sociales et culturelles : ils sont revenus avec un système de valeurs «  entrepreneuriales  » rejeté comme étant étranger à la société libyenne15.

L’INVESTISSEMENT, CAUSE NATIONALE

De fait, les diasporas sont souvent perçues comme des sources de capital et d’investissement. À la question posée à un responsable sur la façon dont il pourrait servir sa patrie à sa sortie de l’École polytechnique, l’entrepreneur franco-tunisien Elyes Jeribi16 s’était vu répondre de rester à l’étranger et d’envoyer des devises. En ce sens, la chute du système clientéliste de Ben Ali a marqué une rupture, les Tunisiens de l’étranger étant davantage perçus comme des «  forces de proposition  » et d’initiative pour Meherzia Labidi17.

Une distinction s’impose entre les Tunisiens de retour qui investissent «  en mobilisant leurs propres ressources et moyens financiers  » et de nouvelles figures bâtisseuses, entrepreneurs de la finance et du commerce qui voient le futur économique du petit marché tunisien dans son potentiel de hub (plaque tournante), sa capacité à rayonner dans la région pour contourner l’enclavement que représente la fermeture du marché algérien et le chaos de celui de la Libye. Cette idée concerne avant tout les États-Unis, nouveau partenaire commercial que la Tunisian American Young Professional, association créée en 2011, essaie d’attirer.

AUTRES FORMES DE DÉPARTS… ET DE RETOURS

Enfin, ainsi que François Burgat, directeur du programme Wafaw, l’a rappelé, les migrations Nord-Sud n’ont pas toujours comme but l’investissement dans le grand chantier politique ou économique d’un État en phase de transition. Elles sont parfois le fruit d’une volonté de rupture avec les démocraties constitutionnelles occidentales. Ignoré ou méconnu en tant que projet de vie religieux et pacifique lahijra, le retour en terre musulmane, a attiré toute l’attention de l’Occident lorsqu’elle a pris une forme paroxystique d’appel djihadiste et par là même s’est doublée d’une dimension sécuritaire.

Dans un tel cas, les catégories analytiques habituellement mobilisées sont brouillées. Le rejet absolu et l’adhésion à la forme transnationale ressuscitée du califat — défini par son opposition aux fondements et principes de l’État-nation — concerne les pays du Nord tout comme ceux du Sud musulman, à commencer par la Tunisie sécularisée. Ainsi, de part et d’autre de la Méditerranée, les États sont confrontés à de nouvelles formes de retour, celui du front en Syrie, la Tunisie les estimant à 400 personnes..

1«  Nous savons ce que pourraient être les conséquences de telles tragédies sur les flux migratoires. C’est la France qui serait en première ligne  »,allocution de Nicolas Sarkozy le 26 février 2011.

2CERI/Sciences Po, intervention sur «  La question des migrations au lendemain des “révolutions arabes” en Méditerranée  ».

3La conférence était organisée en partenariat avec l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-en-Provence (Iremam) et l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC).

4Co-organisée avec la Jasmine Foundation, institution de recherche pluridisciplinaire privée, dont l’objectif est de contribuer à la construction de la société démocratique naissante en Tunisie.

5Pour un compte rendu complet, voir les Carnets de l’Iremam.

6Voir pour un tableau d’ensemble, l’étude Données sur les migrants de retour tunisiens dans le cadre du projet Return Migration and Development Platform de l’Institut universitaire européen.

7Déborah Perez, doctorante, École normale supérieure, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, intervention sur «  Être député après l’exil : stratégies d’ancrage et de légitimation d’une élite militante revenue en Tunisie après le 14 avril  ».

8Intervenant à la table ronde, en tant qu’ancien administrateur du Parlement européen, conseiller diplomatique du président de l’Assemblée nationale constituante (ANC).

9Voir le rapport d’Helen Chapin Metz en 1987 sur les principaux mouvements d’opposition en exil du régime de Kadhafi, Libya : a country study, Chapter 4. Government and Politics : Opposition to Qadhafi : Exiled Opposition, Federal Research Division, Library of Congress.

10L’Assemblée nationale constituante tunisienne [élue le 23 octobre 2011] comptait 18 députés sur 217 issus des Tunisiens de l’étranger.

11Xavier Guignard, doctorant, université Paris I, «  Les acteurs diasporiques au service d’une “modernisation” politique. L’expérience des returnees de seconde génération en Palestine  ».

12Claire Beaugrand, Ifpo, Territoires palestiniens, intervention sur «  Une diaspora en formation  ? Les nouvelles trajectoires de la troisième vague d’exil bahreïnienne  ».

13Stéphanie Pouessel, Institut universitaire européen (Florence) et Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), «  Langues et engagement politique. les langues “décentrées” de la diaspora tunisienne.  »

14Déborah Perez, op.cit.

15Timothy Poirson, université de Saint Andrews, «  L’opposition libyenne à l’étranger : acteurs de changement dans un environnement fragmenté et divisé  ?  »

16Intervenant à la table ronde, en sa capacité de binational et fondateur deLINKAO.

17Intervenante à la table ronde, première vice-présidente de l’ex-Assemblée nationale constituante.


Nombre de lectures: 987 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>