DzActiviste.info Publié le jeu 15 Mar 2012

Quelques éléments pour une révolution citoyenne

Partager

Quelques éléments pour une révolution citoyenne dans Non classé marcheKader ZERROU

La participation du FFS aux prochaines élections législatives en Algérie a suscité des réactions pour le moins incompréhensibles sur la blogosphère.

Si les nouveaux opposants l’interprètent comme une sorte de caution à un régime moribond certains démocrates de laboratoire l’accusent de ralliement.

Il est question d’une poignée d’illuminés, quelques islamo-rétrogrades et beaucoup de harkis du système, aveuglés par une sorte d’égocentrisme qui, dans la surenchère du boycott, se sentent investis d’une sorte de mission divine pour monopoliser et incarner l’opposition radicale au régime maffieux algérien. Foutaises !

Qu’en est-il en réalité ?

Il s’agit de conquérir la citoyenneté, d’œuvrer pour la paix civile pour enfin redonner son sens au politique.

De la conquête citoyenne

Les Algériennes et Algériens doivent se mobiliser pour voter et faire voter mais pas seulement. Ils doivent également être les garants de leurs propres votes en veillant au bon déroulement du scrutin.

Ils doivent s’investir dans  une  prise en charge citoyenne de l’élection pour limiter la fraude et le truquage, apanage d’une administration aux abois.

C’est aussi cela s’opposer pacifiquement au système pourri qui les a longtemps exclus de la vie politique nationale. Cette mobilisation doit continuer au-delà de l’élection elle-même.

Relever ce défi c’est s’inscrire dans la stratégie du FFS !

De la paix civile

Le pouvoir algérien se nourrit de la violence et il fait tout pour en entretenir des foyers un peu partout dans le pays. C’est le cas notamment en Kabylie où depuis une dizaine d’années, la région vit au rythme d’étranges kidnappings à la Hollywood quand ce ne sont pas des milices armées qui y arpentent les ruelles des villages au vu et au su de tout le monde créant ainsi un climat de psychose et de terreur sans précédent.

Une manière sans doute de rappeler à une région frondeuse son existence arrogante et despotique; parfois son inexistence. Une manière aussi de la mettre en garde contre une énième fronde citoyenne !

Démobiliser la Kabylie revient à démobiliser l’Algérie !

Pour contrecarrer le projet d’annihilement de toute expression autonome et démocratique  de la société, le FFS s’est résolument inscrit, depuis le coup d’Etat de janvier 1992, dans une démarche politique de retour à la paix civile.

Sa participation, tactique faut-il le souligner, aux prochaines élections législatives dans un contexte de transformations géopolitiques régionales importantes participe de la même démarche.

Si le régime organise ces élections pour assurer sa survie, le FFS y prend part pour sauvegarder l’Algérie.

Entre ces deux finalités, la dernière est, sans doute, celle qui redonnera son sens à la politique pour démocratiser le pays et le libérer de la maffia politico-financière.


Nombre de lectures: 350 Views
Embed This