DzActiviste.info Publié le lun 21 Avr 2014

Quelques vestiges du sud Algérien

Partager

Situation de la ville de Ouargla: – Ouargla, Perle du Sud, se situe à 128m d'altitude, à 190km à l'Est de Ghardaïa, 388km au Sud de Biskra, 160km au Sud-Ouest de Touggourt et 780km d'Alger. Capitale du désert, entourée de cinq petites oasis: Sidi Khouiled, Chott, Adjadja, Rouissat et Bamendil. -Les habitants du Ksar (ancienne ville), essentiellement un mélange de Berbères et des descendants d'esclaves (noirs) venus d'Afrique depuis plus de deux siècles. Historique du Ksar: La basse vallée de Oued Mya, riche en eau et terre fertile, fut l'emplacement adéquat pour que l'homme s'y installe dans le vaste désert du Sahara .«Ouargla, la sultane des oasis, surnommée l'Oasis des sultans, était autrefois la capitale des sables, comme un ilot de verdure dans un océan de feu…»V.Colomieu1862 1- La période musulmane: – Le vieux ksar fut fondé au 9esiècle par «Si L'Ouargli», dont le nom de la ville, et ses trois fils, leurs noms sont à ce jours connus comme étant les trois grands secteurs du ksar, Bni Sissine, Bni Oueguine et bni Brahim. Il est dit que l'extension du vieux ksar a débutée sur un plateau entourant un puits et le tombeau de Si L'Ouargliainsi qu'un groupement d'habitations. – La situation géographique du vieux ksar lui a valu d'être un point de commerce important ,reliant entre les ports du nord et le Soudan au sud, la place du marché témoignant de cela. – La construction d'un rempart autour de la ville d'une hauteur allant de 4 à 5 mètres avec trois portes. – La période 12e .16e siècle, caractérisée par la fuite des ibadites de leur ville «Sedrata» vers la vallée du Mzab et même au ksar de Ouargla et N'goussa, cette sur population a amené à une nouvelle extension du ksar. – La construction d'une nouvelle place du marché au sud. – La période «début 17e – fin 18e siècle» est celle de la décadence du ksar à cause des agitations entre les différentes races (turcs, nomades, ibadites…) ce qui a réduit les rapports commerciaux entre eux, poussant les autochtones à l'agriculture et à la palmerais. – Cette période est caractérisée par l'extension des palmerais et le renforcement d'un nouveau rempart avec une tranchée tout autour.

2- Changement subit dans la période coloniale: – Les premières interventions coloniales dans la ville de Ouargla ont débuté par la démolition du rempart et le remplissage de la tranchée qui a aboutit à l'actuelle rue tout au tour du ksar.

– Les premières constructions françaises ont touché le sud du ksar (place du bordj Lutaud et la place du centenaire) tandis que le ksar lui-même a été infiltré par la colonie française sous la stratégie de l'occupation «indirecte», notamment: * La place de la Casbah, qui était d'abord la demeure des Sultans de Ouargla, est devenue le «Bureau arabe». En ruine en 1882, il est remplacé par une caserne dont l'enceinte est de 1871. * L'implantation de plusieurs équipements au sein du ksar (une clinique, une église, une école, des villas d'hôte). Source: D.PILLET, repères pour l'histoire de Ouargla 1872-1992, 1993

4- L'état actuel du Ksar:

– D'une surface de 30 hectares, le vieux ksar est à ce jour peuplé d'environ 10000 habitants, malgré la migration de quelques uns à cause de la dégradation de leurs habitations (vétuste) qui menacent le reste des bâtisses.

– En vue de l'importance historique, architecturale et sociale du ksar pour ses habitants qui continuent à y vivre et qui essaient, à leurs propre dépends, d'entreprendre des travaux de maintenance, certains vont même jusqu'à démolir et rebâtir leurs locaux, ce qui engendre une non conformité dans le tissu urbain.

Ksar Ghilane


Nombre de lectures: 217 Views
Embed This
DzActiviste.info Publié le lun 21 Avr 2014

Quelques vestiges du sud Algérien

Partager

Situation de la ville de Ouargla: – Ouargla, Perle du Sud, se situe à 128m d'altitude, à 190km à l'Est de Ghardaïa, 388km au Sud de Biskra, 160km au Sud-Ouest de Touggourt et 780km d'Alger. Capitale du désert, entourée de cinq petites oasis: Sidi Khouiled, Chott, Adjadja, Rouissat et Bamendil. -Les habitants du Ksar (ancienne ville), essentiellement un mélange de Berbères et des descendants d'esclaves (noirs) venus d'Afrique depuis plus de deux siècles. Historique du Ksar: La basse vallée de Oued Mya, riche en eau et terre fertile, fut l'emplacement adéquat pour que l'homme s'y installe dans le vaste désert du Sahara .«Ouargla, la sultane des oasis, surnommée l'Oasis des sultans, était autrefois la capitale des sables, comme un ilot de verdure dans un océan de feu…»V.Colomieu1862 1- La période musulmane: – Le vieux ksar fut fondé au 9esiècle par «Si L'Ouargli», dont le nom de la ville, et ses trois fils, leurs noms sont à ce jours connus comme étant les trois grands secteurs du ksar, Bni Sissine, Bni Oueguine et bni Brahim. Il est dit que l'extension du vieux ksar a débutée sur un plateau entourant un puits et le tombeau de Si L'Ouargliainsi qu'un groupement d'habitations. – La situation géographique du vieux ksar lui a valu d'être un point de commerce important ,reliant entre les ports du nord et le Soudan au sud, la place du marché témoignant de cela. – La construction d'un rempart autour de la ville d'une hauteur allant de 4 à 5 mètres avec trois portes. – La période 12e .16e siècle, caractérisée par la fuite des ibadites de leur ville «Sedrata» vers la vallée du Mzab et même au ksar de Ouargla et N'goussa, cette sur population a amené à une nouvelle extension du ksar. – La construction d'une nouvelle place du marché au sud. – La période «début 17e – fin 18e siècle» est celle de la décadence du ksar à cause des agitations entre les différentes races (turcs, nomades, ibadites…) ce qui a réduit les rapports commerciaux entre eux, poussant les autochtones à l'agriculture et à la palmerais. – Cette période est caractérisée par l'extension des palmerais et le renforcement d'un nouveau rempart avec une tranchée tout autour.

2- Changement subit dans la période coloniale: – Les premières interventions coloniales dans la ville de Ouargla ont débuté par la démolition du rempart et le remplissage de la tranchée qui a aboutit à l'actuelle rue tout au tour du ksar.

– Les premières constructions françaises ont touché le sud du ksar (place du bordj Lutaud et la place du centenaire) tandis que le ksar lui-même a été infiltré par la colonie française sous la stratégie de l'occupation «indirecte», notamment: * La place de la Casbah, qui était d'abord la demeure des Sultans de Ouargla, est devenue le «Bureau arabe». En ruine en 1882, il est remplacé par une caserne dont l'enceinte est de 1871. * L'implantation de plusieurs équipements au sein du ksar (une clinique, une église, une école, des villas d'hôte). Source: D.PILLET, repères pour l'histoire de Ouargla 1872-1992, 1993

4- L'état actuel du Ksar:

– D'une surface de 30 hectares, le vieux ksar est à ce jour peuplé d'environ 10000 habitants, malgré la migration de quelques uns à cause de la dégradation de leurs habitations (vétuste) qui menacent le reste des bâtisses.

– En vue de l'importance historique, architecturale et sociale du ksar pour ses habitants qui continuent à y vivre et qui essaient, à leurs propre dépends, d'entreprendre des travaux de maintenance, certains vont même jusqu'à démolir et rebâtir leurs locaux, ce qui engendre une non conformité dans le tissu urbain.

Ksar Ghilane


Nombre de lectures: 217 Views
Embed This