DzActiviste.info Publié le mer 17 Sep 2014

Qui va succéder à Amar Saadani ?

Partager

president_saadani_gPar Said Radjef

Le secrétaire général du FLN, Amar Saadani a été interrogé par des policiers français le 21 août dernier, suite a des affaires de corruption et de blanchiment d’argent dans lesquelles aurait été impliqué ce responsable. Une information judiciaire qui met mal à l’aise tout l’entourage du premier responsable du FLN. D’autant plus que depuis des mois des menaces de dissidence ne cessent de se multiplier et de fragiliser le parti.

Des sources généralement bien informées indiquent que le départ d’Amar Saadani de la tête du FLN est devenu presque une impérieuse nécessité. Sa présence dans ce parti, ajoutent encore nos sources, constitue une menace à la politique du clan présidentiel qui vient d’opérer une véritable purge au sommet de l’institution militaire, l’ANP. Même si cette purge est motivée par de nobles objectifs, tels que le rajeunissement de l’encadrement militaire, la professionnalisation de l’armée, la démilitarisation des institutions et la « demokhabaratisation » de la société, les protestations sont nombreuses et les mécontents aussi. Amar Saadani n’est pas capé pour faire face à tous les mécontents de la politique engagée par le chef de l’Etat, A Bouteflika, à leur tête le puissant général de corps d’armée, Med Mediene, chef du DRS contraint à la retraite et remplacé par Med Sahraoui (Bachir Tartag). Outre l’aile dissidente du FLN qui voit de travers les dernières décisions du président de la république, un front regroupant de nombreux ex chefs de gouvernement et de leaders politiques s’est ouvert depuis quelques semaines pour exiger le départ de Bouteflika, soupçonné de vouloir homologuer en violant une fois de plus la loi fondamentale du pays, son mandat à son jeune frère Said, sans passer par la sanction du suffrage universel.

Qui va donc succéder à Amar Saadani ? Said Bouhadja. C’est qu’affirment avec conviction nos sources. Un homme discret qui déteste la publicité. Un homme dont la démarche n’a jamais été remise en cause par les nombreux secrétaires généraux du FLN, qui se sont succédés à la tête de ce parti depuis la fin des années 1980, date à laquelle il a été propulsé aux devants de la scène politique. L’armée aussi ne verrait pas d’un mauvais œil la nomination de ce dernier à la tête du FLN. Si les hostilités entre le clan présidentiel et l’ex chef du DRS qui vient de réactiver « son opposition », « ses partis politiques » et « ses syndicats autonomes», virent à la guerre fratricide, seul Said Bouhadja peut jouer les pères rassembleurs et sauver « une réconciliation » très fragile, de plus en plus secouée par les remous et autres tiraillements qui secouent les sommets de l’Etat.

Tandis que le départ de Saadani de la tête du FLN se précise au fil des jours et que les couteaux s’aiguisent entre le clan présidentiel et une partie des services secrets dessaisis du pouvoir absolu qu’ils détenaient depuis plus d’un demi siècle, des groupes terroristes importants réapparaissent soudainement en Kabylie. Tout particulièrement dans la vallée du Djurdjura ou de nombreux citoyens ont été surpris par la présence intense de ces groupes de desperados.


Nombre de lectures: 1772 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. Walid dit :

    C’est Said Bouhadja qui remplacera Saadani, le FLN le prépare pour sauver la mise . La police française a clôturée l’enquête sur Saadani, dans un black out Mais selon un inspecteur, l’enquête était fructueuse. Seulement quant c’est l’argent sale se trouve en France, on passe l’éponge dira l’inspecteur.

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>