DzActiviste.info Publié le jeu 11 Avr 2013

Ré-Institutionnalisation et Stratégie nationale aux horizons 2030 – 2050.

Partager

L’opinion publique est médusée par l’inflation des affaires estampillées « Affaire Sonatrach ». Ce déballage intervient au moment où s’opèrent des choix stratégiques dans ce secteur névralgique.  L’amendement de la loi 07-05 a été mené dans les conditions mêmes qui ont permis la prolifération des malversations qui arrivent aujourd’hui à la connaissance des Algériens. Opacité, décisions en cercles restreins, collusions avec des intérêts étrangers, substitution de logiques prétoriennes à celles institutionnelles qu’aurait permis le fonctionnement normal du Conseil national de l’énergie.

La gravité des faits étalés dans la presse appelle à des mesures d’urgence de sauvegarde nationale :

  • Mobiliser l’ensemble des compétences nationales dans le cadre d’un audit national de la gestion du secteur de l’énergie et de l’évaluation de notre stratégie énergétique.
  • Gel de la loi scélérate, 13-01 du 24 février 2013. 
  • Activation urgente du Conseil National de l’énergie comme cadre de pilotage du secteur.
  • Organisation d’assises nationales du secteur, des assises ouvertes, démocratiques et représentatives, qui auront à définir la stratégie énergétique nationale aux horizons 2030 et 2050.

Les révélations actuelles ne doivent pas faire écran aux choix antinationaux engagés par la loi 13-01. Cette loi, si elle n’est pas issue des mêmes logiques de corruption et gabegie qui ont sous-tendu les affaires dites « affaires sonatrach », les prolonge par sa profonde logique mercantile et rentière, et elle les couronne par sa prédisposition à l’aliénation de notre patrimoine pétrolier et gazier.


Nombre de lectures: 249 Views
Embed This