DzActiviste.info Publié le dim 30 Juin 2013

Rejet du projet de loi sur la profession. Sit-in des avocats à travers plusieurs wilayas

Partager

avocats_elwatanLes avocats de dix barreaux, dont ceux d’Alger, Tlemcen, Sétif, Béjaïa, Tizi Ouzou, Boumerdès et Médéa, ont décidé de tenir, demain matin, des sit-in devant les sièges de leurs organisations professionnelles respectives pour exiger le report de l’adoption du nouveau projet de loi portant organisation de la profession d’avocat.

Cette action intervient à la veille de l’adoption par la Chambre basse du Parlement de ce texte de loi. Cette première action, décidée par le conseil de l’Ordre des avocats à la suite des réunions marathon tenues cette semaine, se veut un avertissement aux pouvoirs publics afin de rectifier le tir et de geler le vote du projet en question.

Seulement, cette démarche ne fait pas l’unanimité au sein de la corporation des avocats. Sur les 15 bâtonniers que compte l’Union des barreaux, dix ont approuvé cette option, alors que les cinq autres ne se sont pas prononcés sur le sujet et n’ont même pas assisté au conclave des bâtonniers. «Ceci implique que la minorité doit se conformer à la majorité, d’autant plus que les avocats, qui n’ont pas adhéré à notre action, ne représentent que les deux tiers», selon maître Abdelmadjid Sellini, bâtonnier d’Alger, lors d’une conférence de presse animée hier à Alger. Ce projet de loi, explique-t-il, est en total retrait par rapport aux droits de la défense. Il vise, selon lui, à une «caporalisation» de la justice. «C’est l’Etat de droit qui s’en retrouve menacé dans ses fondements», s’alarme maître Sellini, qui ne cache pas sa déception vis-à-vis «de la régression criarde» du contenu de l’avant-projet de loi. «Nous avons été trahis», lance-t-il.

Maître Belloula prend le relais pour pointer du doigt le garde des Sceaux : «La chancellerie nous a habitués à ce genre de revirement. Nous avons tenu des réunions avec le ministre de la Justice et nous nous sommes entendus sur le contenu. Le ministère s’était engagé à le respecter, mais la commission juridique de l’APN a modifié l’ensemble des articles, c’est de la trahison.»

Plus virulent, maître Chaoui accuse ouvertement le ministre de la Justice et le gouvernement, via le Premier ministre, de les avoir trahis. «Nous avons contesté le texte et même occupé la rue. De crainte que les choses ne s’embrasent pas, le gouvernement a accepté de revoir le texte. En finalité, il a conclu un marché avec les avocats pour acheter la paix sociale. Ce n’est pas normal», fulmine-t-il, revendiquant le gel du vote du projet.

Une missive a été adressée dans ce sens au ministre de la Justice réclamant l’ouverture d’un dialogue avec les parties concernées.

Nabila Amir
El Watan 30 06 2013


Nombre de lectures: 1469 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>