DzActiviste.info Publié le mer 20 Fév 2013

Répression envers le forum maghrébin pour la lutte contre le chômage et la précarité

Partager
article_algerie

Photo archive

Ce matin, la Maison des syndicats à Alger a été encerclée par la police de l’Etat algérien. En recourant aux forces de répression, le Pouvoir algérien veut interdire le Forum maghrébin pour la lutte contre le chômage et la précarité. Plusieurs participant-es venu-es de Tunisie, du Maroc, de Mauritanie sont retenues au commissariat.

L’Union syndicale Solidaires dénonce la répression et l’atteinte à la liberté de réunion, d’expression et d’organisation. Le 20 février 2013

L’Union syndicale Solidaires salue les organisations de chômeurs et chômeuses d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, de Mauritanie, réunies à Alger du 19 au 21 février 2013 

L’Union syndicale Solidaires salue le forum maghrébin pour la lutte contre le chômage et le travail précaire qui se tiendra à Alger du 19 au 21 février. Cette initiative organisée ave le soutien actif du syndicalisme autonome algérien et notamment du SNAPAP, contribuera à unifier les luttes populaires dans les pays du Maghreb.

Lors de la réunion tenue à Rabat, en septembre 2012, l’Association Nationale des Diplômés Chômeurs du Maroc (ANDCM), l’Union des Diplômés Chômeurs de Tunisie (UDC), le comité national des contrats pré-emploi et filet social d’Algérie (SNAPAP), avaient décidé de renforcer leurs liens, de mettre en place un réseau pour développer les luttes. Le réseau syndical euro-méditerranéen, dont l’Union syndicale Solidaires est membre, avait aidé à la tenue de cette rencontre. Nous avions ainsi pris en charge la participation d’un représentant des associations de chômeurs et chômeuses de France (A.C. !, APEIS, MNCP), afin de renforcer les liens internationaux.

Le forum maghrébin pour la lutte contre le chômage et le travail précaire qui se tient à Alger va permettre d’aller de l’avant dans la coordination des résistances, dans l’internationalisation concrète des luttes, et permettra aussi de renforcer les actions de chacune des associations.

Participeront à ce forum, le comité national des contrats pré-emploi et filet social d’Algérie), l’Union des Diplômés Chômeurs (UDC) de Tunisie, l’Association Nationale des Diplômés Chômeurs (ANDCM) du Maroc, l’Association Mauritanienne des Diplômés Chômeurs (AMDC) de Mauritanie, le comité national pour la défense des droits des chômeurs (Algérie), le comité national des diplômés chômeurs (Algérie), la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (Algérie).

Organisations de chômeuses et de chômeurs d’une part, syndicats d’autre part, ne sont pas en concurrence.

Notre objectif commun est la défense des droits collectifs et individuels et de créer les conditions d’une transformation sociale de la société. L’Union syndicale Solidaires souhaite pleine réussite aux organisations qui seront présentes à ce forum et leur propose de poursuivre et amplifier le travail commun au plan international.

Pour l’Union syndicale Solidaires :

Christian Mahieux, secrétaire national
Le 20 février 2013


Nombre de lectures: 2250 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. Ce matin la police a fait une descente dans l’hôtel où étaient hébergés des invités maghrébins et a procédé à l’arrestation de cinq marocains, trois tunisiens et trois mauritaniens.

    Ces personnes étaient conviées par le SNAPAP dans le cadre des efforts fournis par la communauté maghrébine et internationale pour la création de l’union maghrébine pour la lutte contre le chômage et le travail précaire.

    Cette action faisait suite à la réunion tenue entre des organisations de la société civiles des quatre pays du Maghreb à Monastir Tunisie en juillet 2012 lors des préparatifs du forum social mondial (FSM).

    La réunion devait se tenir pendant deux jours dans la maison des syndicats du SNAPAP à Bab Ezzouar.

    Tôt le matin, cette maison était encerclée par les forces de l’ordre qui ont empêché les militants d’y accéder et même d’en sortir. Dans la foulée, la police a embarqué Abdelkader KHERBA.

    Toutes les personnes arrêtées se trouvent au commissariat sans doute de Bab Ezzouar.

    Le ministre de l’intérieur Daho Ould Kablia aura réussi par cet acte de reléguer encore l’Algérie dans les années de braise de la répression.

    Quelle honte pour ce gouvernement de paraitre moins démocratique que ses voisins du Maghreb où ce genre de rencontres se tient avec le concours de toutes les autorités civiles et militaires !

    Retrouver tout l’actualité sur le site JCA

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>